de fr it

Belp

Commune du canton de Berne, arrondissement administratif de Berne-Mittelland, baronnie jusqu'en 1798. Située au débouché de la Gürbe dans le Belpmoos, sur la rive gauche de l'Aar, la commune comprend le village de Belp, les hameaux de Viehweide, Heitern, Hofmatt, l'aéroport régional de Berne-Belp, les nouveaux quartiers d'Eissel (1956-1975), Montenach (années 1960), Schafmatt (années 1970), Hühnerhubel (1980), des fermes isolées, ainsi que Belpberg depuis 2012. 1263 Belpo. 789 habitants en 1764; 1970 en 1850; 2343 en 1900; 4066 en 1950; 9193 en 2000; 10'636 en 2010.

Vue du village depuis l'ouest en direction du Belpmoos; au premier plan le légendaire «Vieux Château». Aquarelle réalisée par Albrecht Kauw, 1671 (Musée d'Histoire de Berne; photographie Stefan Rebsamen).
Vue du village depuis l'ouest en direction du Belpmoos; au premier plan le légendaire «Vieux Château». Aquarelle réalisée par Albrecht Kauw, 1671 (Musée d'Histoire de Berne; photographie Stefan Rebsamen).

Des vestiges néolithiques (près de l'usine textile), des cimetières du Bronze (à Hohliebe, Aebnit, Bützacker) et des objets de La Tène (au village, Sonneggstrasse) montrent que le territoire était exploité, voire habité, à haute époque. On connaît trois dispositifs fortifiés médiévaux (en bois): Fahrhubel, à 700 m au nord-ouest du pont de Hunzigen (motte abandonnée), Hohburg sur la pente nord du Belpberg (traces de murs) et le Hölzernes Schloss (Château de bois, démoli en 1783), entre le village de Belp et la Gürbe. Jusqu'à la correction générale des eaux au XIXe siècle, le village a souffert des inondations de la Gürbe et les communaux de celles de l'Aar.

La baronnie

A partir de leur château du Belpberg, les barons de Belp-Montagny étendirent aux XIIe et XIIIe siècles leur influence sur Montagny et Gerenstein. Dès 1277, on retrouve une petite seigneurie de Belp, centrée sur Belp et Belpberg. Après la bataille de Donnerbühl/Dornbühl (1298), Berne détruisit le château et, en 1306, imposa aux barons de Belp un traité de combourgeoisie, qui leur concéda un nouveau château en bois dans le village (Hölzernes Schloss, vers 1327). A l'extinction de la lignée, la baronnie revint à des patriciens bernois, voisins de Belp, détenteurs des haute et basse justices: les Wabern en 1383, vom Stein et Luternau en 1491, Luternau seuls en 1550 (construction du Vieux Château), Stürler en 1624 (agrandissement du château), Muralt en 1700, Wattenwyl en 1720. Après l'abolition des droits féodaux (1798), l'Etat de Berne acheta le château à Karl von Wattenwyl (1810) et y installa l'administration du bailliage (Oberamt), puis district de Seftigen, nouvellement créés. 

La commune

L'église Saints-Pierre-et-Paul (mentionnée en 1228, de structure romane) fut sans doute fondée par les seigneurs de Belp. Son patronage appartint au couvent d'Interlaken de 1334 jusqu'à sa sécularisation en 1528, puis à Berne; celui de la chapelle dédiée à Notre-Dame (mentionnée en 1490), à la paroisse d'Interlaken. Sur la route de Berne, en dehors du village, à Steinbach, on éleva vers 1490 la léproserie de la paroisse (incendiée en 1962). En 1699, Berne détacha de Belp la nouvelle paroisse de Zimmerwald. La paroisse de Belp inclut Belpberg et Toffen. Dès le XVIe siècle, les maisons patriciennes modifièrent l'aspect des lieux: Augustin von Luternau construisit après 1554, face au Hölzernes Schloss, le Vieux Château, dont Johann Rudolf Stürler agrandit l'aile ouest en 1636-1644; au-dessus du village, Oberried, maison de campagne du maître des postes Viktor Fischer, date de 1735-1736 (école de 1937 à 1984, puis hospice); Alexander Ludwig von Wattenwyl édifia en 1740 le Nouveau Château; Lindenegg remonte aux environs de 1800.

Les gens de Belp pratiquaient l'assolement triennal; mais l'organisation collective ne touchait pas les enclosures domaniales (Steckhof) de Gruben, Winzenried-Hofmatt (attribué à la commune de Zimmerwald lors de la correction de frontières de 1829-1831) et Aar-Leen sur l'autre rive de l'Aar. On passa dans la seconde moitié du XVIIIe siècle de l'assolement triennal à l'assolement continu. Les corrections de l'Aar (1824-1831) et de la Gürbe (1855-1860), les amendements et remaniements dans la basse vallée de la Gürbe (1917-1923) permirent la culture maraîchère dans le Belpmoos. On améliora aussi les communications: les bacs de Kleinhöchstetten et Münsingen (Bac du Tirage) furent remplacés en 1836 par le pont de Hunzigen (vieux pont de bois, aujourd'hui piéton, à l'Augut) et en 1883 par le pont du Bac du Tirage. Un tramway à chevaux relia Belp à Berne, jusqu'à ce qu'en 1901 le chemin de fer du Gürbetal amorce l'essor économique et démographique et rende possible le trafic pendulaire (62% de navetteurs en 1990). L'industrialisation de Belp a commencé par la draperie (1844-1974); vinrent ensuite Galactina (industrie alimentaire, 1901), Alupak AG (1972), des imprimeries et de nombreuses entreprises industrielles et de services. En 1990, le secteur tertiaire offrait 62% des emplois.

Le Conseil communal salue le départ du premier appareil de l'Alpar; au second plan, on distingue la charpente du premier hangar en construction. Photographie, 1928/1929 (Archiv Rolf Ellwanger).
Le Conseil communal salue le départ du premier appareil de l'Alpar; au second plan, on distingue la charpente du premier hangar en construction. Photographie, 1928/1929 (Archiv Rolf Ellwanger). […]

La commune fut un centre régional, avec notamment la préfecture du district de Seftigen de 1803 à 2009, l'hôpital de district pour Belp, Belpberg, Kehrsatz et Toffen depuis 1905, l'église catholique (1968). A l'école primaire s'ajouta en 1865 une école secondaire, privée à ses débuts. Construit en 1928-1929, l'aérodrome de Belpmoos est devenu l'aéroport régional de Berne-Belp, avec écoles de vol à moteur et à voile. Des projets d'agrandissement (1947, 1984) ou de transfert sur le Plateau bernois (entre 1942 et 1972) ont échoué devant l'opposition du peuple ou du Grand Conseil.

Sources et bibliographie

  • ​​​​Burkhalter, Fritz: Die Orts- und Flurnamen der Gemeinde Belp, 1968.
  • ​​​​​Lehmann, Wolfgang: Belp und das Gürbetal. Geschichte und Geschichten, 1983.
  • ​​​​Lehmann, Wolfgang: Belper Chronik 1900-1985, 1987.
Complété par la Rédaction
Liens
Notices d'autorité
GND

Suggestion de citation

Dubler, Anne-Marie: "Belp", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 14.09.2016, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/000484/2016-09-14/, consulté le 26.01.2021.