de fr it

Ebersecken

Ancienne commune du canton de Lucerne, cercle électoral de Willisau, ayant fusionné en 2020 avec la commune d'Altishofen et ancien couvent de cisterciennes. Située dans les collines proches de Willisau, l'ancienne commune comprenait le village homonyme et un vaste territoire parsemé de petits hameaux et de fermes isolées, ainsi que l'enclave de Lingi au sud. 1274 Eberseche, 1275 Ebersegge. Environ 150 habitants vers 1695, 541 en 1798, 583 en 1850, 476 en 1900, 552 en 1950, 386 en 1990, 404 en 2000, 417 en 2010, 369 en 2019.

Ebersecken: carte de situation 2019 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2020 DHS.
Ebersecken: carte de situation 2019 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2020 DHS.

En 1274, la chapelle d'Ebersecken et son patronage appartenaient au baron Rudolf von Balm. Celui-ci fonda en ce lieu, avec Jakob von Fischbach, bourgeois de Zofingue, un couvent de cisterciennes où s'établirent des nonnes de Rathausen en 1275. Etabli sous le nom de Pura Vallis (Luther Thal, attesté en 1660), il fut subordonné à l'abbaye de Saint-Urbain et reçut entre autres le village d'Ebersecken ainsi que des terres et des étangs à Egolzwil et à Langnau bei Reiden. L'église, consacrée en 1277, fut endommagée par un incendie en 1279; une nouvelle consécration eut lieu en 1353. Le couvent accueillait des femmes de la petite noblesse et de la bourgeoisie; il fut d'abord dirigé par des abbesses, puis au XVIe siècle par des prieures ou des supérieures, ses effectifs étant sans doute en diminution. Vers 1460, après un incendie, la communauté se dispersa, jusqu'à ce qu'un procureur de Saint-Urbain en assume la direction, en 1471. Vers 1535, Lucerne y plaça un administrateur laïque. Dans le cadre de la réforme des couvents féminins lucernois, celui d'Ebersecken fut supprimé entre 1588 et 1594; les sœurs furent recueillies à Eschenbach et à Rathausen, qui reçut aussi ses biens. Si les bâtiments conventuels furent probablement démolis vers 1590, l'église le fut en 1707, après une rénovation en 1662; sur l'insistance des paysans, on la remplaça par une chapelle Sainte-Catherine qui ne fut dotée d'aucun bénéfice (consacrée en 1731 et restaurée en 1997-1998). La chapelle Saint-Ulrich, au-dessus d'Ebersecken, bâtie en 1777 sur des fondations plus anciennes, était desservie par Grossdietwil.

Ebersecken releva de divers seigneurs, de Lucerne dès 1407 et, au spirituel, des paroisses d'Altishofen, Grossdietwil, Zell, Schötz et Richenthal. A l'emplacement du couvent, on construisit une première école en 1817-1818, une seconde vers 1913. Au début du XIXe siècle, l'ancienne commune se trouvait dans la zone d'alternance cultures/herbages, avec des fermes isolées pratiquant l'élevage et l'économie laitière; elle ne possédait pas de biens communaux. Au début du XXIe siècle, elle était encore très agricole. Le secteur primaire offrait un peu plus de la moitié des emplois en 2000. Le tunnel d'Ebersecken rappelle un projet avorté de la compagnie du Central-Suisse, qui prévoyait de relier Langenthal à Wauwil (1874-1875).

Sources et bibliographie

  • Steinmann, Hans: Zur Schulhausweihe in Ebersecken, Sonntag, 23. November 1913, 1913.
  • Reinle, Adolf: Das Amt Willisau mit St. Urban, 1959, pp. 59-63 (Die Kunstdenkmäler des Kantons Luzern, 5).
  • Sommer-Ramer, Cécile; Braun, Patrick: Die Zisterzienser und die Zisterzienserinnen, die reformierten Bernhardinerinnen, die Trappisten und Trappistinnen und die Wilhelmiten in der Schweiz, 1982, pp. 597-607 (Helvetia Sacra, III/3).
  • Manser, Jürg: «Ebersecken», in: Jahrbuch der Historischen Gesellschaft Luzern, 16, 1998, pp. 123-124.
  • Steiner, Hans-Christian: «Ebersecken», in: Jahrbuch der Historischen Gesellschaft Luzern, 17, 1999, pp. 64-67.
Liens
Notices d'autorité
GND
En bref
Première(s) mention(s)
1274: Eberseche
1275: Ebersegge

Suggestion de citation

Hörsch, Waltraud: "Ebersecken", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 05.10.2020, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/000665/2020-10-05/, consulté le 26.11.2020.