de fr it

Filisur

Ancienne commune du canton des Grisons, dans la région de l'Albula, ayant fusionné en 2018 avec Bergün/Bravuogn pour former la commune de Bergün Filisur. Outre le village-rue de Filisur (1084 m), sur la rive droite de l'Albula, elle comprenait le hameau de Jenisberg (1504 m), sur le flanc sud de la vallée de la Landwasser. 1262 villa Fallisour. 164 habitants en 1803, 280 en 1850, 273 en 1888, 644 en 1900 (chantier ferroviaire), 333 en 1910, 375 en 1950, 466 en 2000, 461 en 2010, 434 en 2017.

Filisur: carte de situation 2017 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2019 DHS.
Filisur: carte de situation 2017 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2019 DHS.

Des vestiges de l'âge du Bronze ont été découverts à Filisur. La haute vallée de l'Albula fut colonisée au Moyen Age par des Rhéto-romanches et les mayens de Jenisberg au XVe siècle par des Walser germanophones. Dans le village, un grand domaine et plusieurs petits dépendaient du château fort de Greifenstein (fin du XIIe s.), au-dessus de Filisur, siège du bailli. La seigneurie de Greifenstein passa des Wildenberg aux Werdenberg, puis aux Matsch et, en 1394, à l'évêque de Coire, qui fit du château fort le centre administratif de la région. La communauté de Filisur racheta les droits de l'évêque en 1537 et eut son propre tribunal civil dans la juridiction de Bergün jusqu'en 1851. De 1851 à 2015, Filisur fit partie du cercle de Bergün, dans le district de l'Albula. Au spirituel, elle releva de Bergün jusqu'en 1496 et embrassa la Réforme vers 1590. L'église dédiée d'abord aux saints Josse et Florin, puis à saint Martin, date de 1495, celle de Jenisberg de 1681.

Les vastes forêts environnantes favorisaient la métallurgie. Mines de fer et fonderies, avec les forges de Bellaluna pour centre, y furent exploitées jusqu'en 1848. La population, qui vivait de l'élevage et de la céréaliculture, ainsi que du trafic de transit, subit une forte germanisation avant la fin du XIXe siècle. L'aménagement de la route du col de l'Albula (1855-1858) et l'ouverture, en 1903 et 1909, des lignes des chemins de fer rhétiques en Engadine et en direction de Davos firent de Filisur un nœud de communication. Le viaduc de la Landwasser, au nord du village, fut inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco en 2008. Une amélioration foncière eut lieu en 1942. Le secteur secondaire offrait plus d'un tiers des emplois en 2000, le tertiaire presque la moitié. Au début du XXIe siècle, un jardinier-paysagiste, l'industrie du bois et la centrale des forces motrices Albula-Landwasser (1967) comptaient parmi les principaux acteurs économiques. Le village, dont l'aspect rappelle ceux de l'Engadine, figure à l'inventaire des sites d'importance nationale.

Sources et bibliographie

  • E. Poeschel, Herrschaft, Prätigau, Davos, Schanfigg, Churwalden, Albulatal, 1937, pp. 393-400 (Die Kunstdenkmäler des Kantons Graubünden, vol. 2)
  • J. Menolfi, Die Gemeinden Graubündens, 1985
Liens
Autres liens
e-LIR
Notices d'autorité
GND
En bref
Première(s) mention(s)
1262: villa Fallisour

Suggestion de citation

Simonett, Jürg: "Filisur", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 13.11.2019, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/001420/2019-11-13/, consulté le 19.11.2020.