de fr it

Sulgen

Comm. TG, distr. de Weinfelden. Le village de S., sur une moraine près du confluent de la Thur et de l'Aach, doit son développement à sa situation au croisement du principal axe routier est-ouest du canton et de la route Constance-Gossau (SG). S. forma de 1803 à 1995 une municipalité (Munizipalgemeinde) qui comprenait les communes locales (Ortsgemeinden) de S., Bleiken (intégrée à celle de S. en 1964), Götighofen, Kradolf, Riedt (jusqu'en 1994). La commune de S. se constitua par étapes de 1995 à 1996, à partir des communes locales de Donzhausen, Götighofen, Hessenreuti et S. 806 Sulaga. Commune: 3422 hab. en 2000. Ancienne municipalité: 1185 hab. en 1850, 1155 en 1870, 1866 en 1900, 3054 en 1950, 4383 en 1990. Ancienne commune locale: 416 hab. en 1850, 616 en 1900, 1212 en 1950, 2552 en 1990.

Au Moyen Age, le chapitre de Bischofszell (Saint-Pélage) était possessionné à S., Hessenreuti et Mühlebach-Amriswil (coutumier de 1472). La seigneurie de Bürglen et le chapitre de Kreuzlingen détinrent la basse justice jusqu'en 1798. La paroisse de S. comprenait Neukirch (jusqu'en 1604), Andwil (jusqu'en 1809), Bürglen (TG, jusqu'en 1809), Berg (TG, jusqu'en 1851), Erlen (jusqu'en 1992), Guntershausen bei Berg (passé à Berg en 1995). Le chapitre de Bischofszell, qui ne détenait alors que la collation, reçut en 1269 de l'évêque de Constance le droit de percevoir des redevances pour ses propres besoins; en 1359, le bénéfice fut incorporé au chapitre. En 1535, après la Réforme (1529), la messe fut à nouveau autorisée et l'église utilisée simultanément par les deux confessions, puis paritairement (1712-1961). La collation passa en 1851 à la paroisse (Kirchgemeinde). L'église catholique fut construite en 1959-1961 par Ernst Brantschen. La culture des céréales (assolement triennal) et du lin étai pratiquée à S. Au XIXe s., on passa aux cultures fourragères (rotation culturale), à l'élevage, à la production laitière (fromagerie en 1860) et aux cultures fruitières. A la production de toile de lin, dès 1650, s'ajoutèrent plus tard le travail du coton, le tissage de toile de coton (vers 1810), la broderie (1850) et la broderie à navette (1890-1930). Le raccordement à la ligne ferroviaire Winterthour-Romanshorn (1855) donna une forte impulsion à la croissance de S. qui devint aussi le point de départ de la ligne pour Gossau (1876). La fabrique de lait en poudre, en activité de 1919 à 1923, refondée en 1930, fut reprise par Hochdorf Nutritec SA en 2003 (108 employés en 2010). La bonneterie Greuter, créée en 1933 (Greuter-Jersey SA en 1970), est depuis 2008 propriété d'E. Schellenberg Textildruck AG, qui a déplacé la production. L'entreprise de technique médicale Sauter SA existe depuis 1980 (propriété de Belimed depuis 1999). En 2011, S. hébergeait en outre Sidag (jus de citron Sicilia), Erich Keller SA (mobilier de bureau) et les éditions Niggli SA. En 2005, le secteur secondaire offrait 53% des emplois, le tertiaire 40%.

Sources et bibliographie

  • MAH TG, 3, 1962, 529-547
  • E. Menolfi, Geschichte von Sulgen, 1984
  • M. Casutt et al., Die Kirchen von Sulgen, Kanton Thurgau, 2004
  • Thurgauer Zeitung, 18.1.2011
Liens
Notices d'autorité
GND