de fr it

Unterschlatt

Ancienne comm. locale (Ortsgemeinde) TG, comm. Schlatt, distr. de Diessenhofen, entre le Kohlfirst et le Buechberg, confinant au Rhin, qui comprenait Dickihof, U. et Paradies. Créée en 1803, elle fit partie de la municipalité (Munizipalgemeinde) de Diessenhofen jusqu'en 1816, puis de celle de Basadingen jusqu'en 1998. Depuis 1999, elle forme avec Mett-Oberschlatt la commune de Schlatt. 1263 in inferiori villa Slatthe. 466 hab. en 1831, 631 en 1850, 633 en 1900, 914 en 1950, 915 en 1990.Une tour de garde de l'époque romaine a été découverte en 1912 dans la forêt de Schaaren, au bord du Rhin, puis démolie; les vestiges d'une villa rustica, une coupe en bronze et une statuette de Mercure ont été mises au jour en 1925. Les localités de Schwarzach (Swarza) et d'Hierolteswilare sont citées en 875. L'église Saint-Pierre, mentionnée en 1162 à Schwarzach, faisait partie de la dotation du couvent de Paradies, nouvellement établi (apr. 1253). Plusieurs couvents possédaient des biens et des droits à Schlatt: Rheinau en 858, Allerheiligen vers 1150 et, après 1250, Sankt Katharinental et Paradies. La juridiction dépendit du bailli, puis de la ville (1460-1798) de Diessenhofen. Une chapelle est mentionnée à U. en 1162, un curé en 1275. Plus tard, le village fut attribué à la paroisse de Stammheim. L'église protestante fut construite en 1714, la paroisse créée en 1769. A côté de l'assolement triennal, on pratiqua jusque vers 1800 l'arboriculture et l'horticulture. Une fromagerie fut exploitée au XIXe s. La ligne de chemin de fer Schaffhouse-Constance facilita, à partir de 1894, l'industrie d'extraction de l'argile (briqueterie Keller-Ziegeleien AG, fondée en 1922).

Sources et bibliographie

  • MAH TG, 5, 1992, 254-283
  • Hinweisinventar Thurgau: Schlatt I, 2004 (KBTG)
  • Archäologie im Thurgau, 2010, 220-221