de fr it

Tobel

Vue du pénitencier du canton de Thurgovie depuis le nord-est. Photographie, vers 1950 (Staatsarchiv Thurgau, Frauenfeld).
Vue du pénitencier du canton de Thurgovie depuis le nord-est. Photographie, vers 1950 (Staatsarchiv Thurgau, Frauenfeld). […]

Ancienne comm. locale (Ortsgemeinde) et ancienne municipalité (Munizipalgemeinde) TG, distr. de Münchwilen, formant depuis 1999 avec Tägerschen la comm. de T.-Tägerschen. Commanderie et seigneurie avant 1798. Village dominant légèrement la Lauche, sur la route principale Märstetten-Wil. 1228 Tobel. Ancienne commune locale: 385 hab. en 1850, 412 en 1900, 558 en 1950, 739 en 1990. Entre 1226 et 1228, les comtes Diethelm II et Diethelm III de Toggenbourg fondèrent à T., sur le chemin de Saint-Jacques, une commanderie d'hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, richement dotée, pour faire pièce à la politique d'expansion de l'abbaye de Saint-Gall. Dans ce nouveau lieu de sépulture des Toggenbourg sont attestés en 1263 un maître, un prêtre et deux frères, en 1266 un chapitre (dont le premier sceau date de 1279) et en 1270 un commandeur. Grâce à des acquisitions systématiques (la basse justice de T. en 1228, des biens à Tägerschen en 1258, le patronage des églises d'Affeltrangen et Märwil entre 1275 et 1286, la moitié du ressort de Zezikon en 1348, des terres à Herten en 1380), la commanderie se constitua avant la fin du XVe s. une seigneurie qui regroupait la basse juridiction de T. (Affeltrangen, Braunau, Buch, Märwil, Tägerschen, T. et Zezikon) et celle de Herten près de Frauenfeld. Elle étendit aussi son influence dans la basse vallée de la Lauche et sur les terres des seigneurs de Bussnang en obtenant les patronages de Wuppenau en 1396, de Wängi en 1401 (incorporation en 1402) et de Bussnang en 1464 (avec sa dîme), outre des dîmes à Oberbussnang et Unterbussnang ainsi que le bénéfice de Schönholzerswilen. La seigneurie subsista jusqu'en 1798. Après la suppression de la "nation" d'Allemagne de l'ordre de Malte, le canton de Thurgovie reprit la commanderie en 1807 et ouvrit en 1811 sur le domaine agricole un pénitencier pour hommes et femmes, supprimé en 1973, tandis que l'exploitation agricole était transférée à l'extérieur du village en 1992. Les bâtiments abandonnés furent cédés en 2006 à une nouvelle Fondation de la commanderie de T.

Au spirituel, T. releva d'abord d'Affeltrangen. Après la fondation de la commanderie, on érigea dans sa juridiction la paroisse de T., qui comprenait Affeltrangen, Braunau, une partie de Buch bei Märwil, Märwil, Tägerschen, T. et Zezikon. L'église Saint-Jean-Baptiste, située au Moyen Age à côté de la commanderie dans la vallée, fut rebâtie sur la hauteur en 1706-1707. La paroisse tout entière adopta la Réforme en 1529. En 1532, la commanderie entreprit de la ramener au catholicisme; un maître-autel fut rétabli dans l'église en 1535 et le culte réformé cessa bientôt d'y être célébré (av. 1560). La messe fut réintroduite à Wuppenau en 1560 et à Bussnang en 1596. Dès 1569, la population protestante de T. releva de fait d'Affeltrangen (où l'église servit aux deux confessions dès 1664). Märwil devint une filiale de l'église protestante d'Affeltrangen en 1569 et Wängi, majoritairement protestant, une filiale d'Aadorf en 1602. Même après que la Contre-Réforme eut trouvé sa conclusion en 1642 avec la consécration de l'église paroissiale catholique de T., des tensions subsistèrent jusqu'au XVIIIe s. entre les paroisses protestantes et la commanderie (qui conservait la collation).

La commune reçut un coutumier en 1441 et 1486. Au XIXe s., les paysans passèrent de la céréaliculture à l'élevage, à la production laitière et aux cultures fruitières; une fromagerie vit le jour en 1885. Au XVIIIe s. apparut le tissage du coton et de la toile, remplacé au milieu du XIXe par la broderie à la main. Entre 1900 et les années 1920, la broderie à la navette représenta avec les petites exploitations agricoles une importante source de revenus. En 1911, T. fut raccordé au chemin de fer de la Thurgovie centrale (Mittel-Thurgau-Bahn). Le principal employeur est le groupe Santex, fondé en 1982, qui fabrique des séchoirs pour le finissage textile. Avec l'augmentation de la population et la construction d'un grand nombre de villas individuelles à partir de 1960, T. est devenu une commune résidentielle rurale.

Sources et bibliographie

  • H. Bühler, Die Stickerei in Tobel, 1963
  • B. Meyer, «Wie das Kloster St. Gallen Wil erwarb», in ThBeitr., 114, 1977, 5-29
  • H. Bühler, Geschichte der Johanniterkomturei Tobel, 1986
  • HS, IV/7, 474-513
Liens
Notices d'autorité
GND