de fr it

Pollegio

Commune du canton du Tessin, district de la Léventine, située au fond de la vallée de la basse Léventine, comprenant des hameaux, dont Pasquerio. 1237 Poleccio/Puletio (selon copie du XVIIIe s.), 1256 de Polecci, ancien nom allemand Klösterli. 50 feux en 1567, 316 habitants en 1602, 279 en 1745, 468 en 1850, 531 en 1900, 483 en 1950, 723 en 2000, 807 en 2010.

Pollegio: carte de situation 2020 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2020 DHS.
Pollegio: carte de situation 2020 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2020 DHS.

Au Moyen Age, Pollegio faisait partie de l'ancienne communauté de voisinage (vicinanza) de Giornico. Au spirituel, le village dépendit de Giornico jusqu'en 1602, lorsque l'église Saints-Innocents (remaniée au XVIIe s. et en 1840), construite par les Confédérés pour donner une sépulture aux morts de la bataille de Giornico (1478), devint paroissiale. L'ossuaire adjacent à l'église fut démoli lors de la construction de la route cantonale (1808). En 1622, le cardinal Federico Borromeo, poursuivant l'action entreprise au XVIe siècle dans l'esprit du concile de Trente par son cousin Charles Borromée, fit construire un séminaire sur l'emplacement d'un hôpital créé par l'ordre des humiliés (mentionné en 1210-1236 et appelé monastère depuis 1326). Le séminaire Sainte-Marie, administré par la congrégation des oblats de Saint-Ambroise et Saint-Charles-Borromée (1622-1814), joua un rôle important dans la formation du clergé de la Suisse italienne jusqu'en 1852, lorsqu'il fut sécularisé et céda la place d'abord à un gymnase laïque (jusqu'en 1873), puis à l'école normale mixte (la section masculine fut transférée à Locarno en 1878, celle féminine en 1881). Devenu une section séparée du séminaire diocésain en 1885, il fut fermé temporairement entre 1919 et 1923, avant d'accueillir différentes écoles. Repris par Caritas, il fut transformé en centre d'hébergement pour requérants d'asile, puis abrita des programmes d'occupation.

Au cours des siècles, le village fut fréquemment affecté par les crues du Tessin et du Brenno. L'économie traditionnelle reposait sur l'agriculture et l'élevage, auxquels vint s'ajouter au XIXe siècle l'exploitation de carrières de granit. En 1999, dans le cadre de la réalisation de la transversale ferroviaire alpine (AlpTransit Saint-Gothard) un grand chantier fut ouvert entre Pollegio et Bodio; entre 2003 et 2016, il exista aussi un centre d'information pour les visiteurs (bâtiment repris par Armasuisse en 2019). En 2005, les secteurs secondaire et tertiaire offraient respectivement 77% et 18% des emplois. En 2000, plus des trois quarts de la population active travaillaient à l'extérieur.

Sources et bibliographie

  • Materiali e documenti ticinesi, série 1, 1975-2014; série 3, 1980-.
  • Moretti, Antonietta: Gli Umiliati, le comunità degli ospizi della Svizzera italiana, 1992, pp. 234-257 (Helvetia Sacra, IX/1).
  • Auer, Maria Immaculata; Barbieri, Gianfranco et al. (éd.): Die Kongregationen in der Schweiz, 16.-18. Jahrhundert, 1994, pp. 69-105 (Helvetia Sacra, VIII/1).
  • Ostinelli, Paolo: Il governo delle anime, 1998.
  • Sargenti, Ilaria: Un seminario ambrosiano nelle Tre Valli. Pollegio 1622-1786, mémoire de licence, Université de Pavie, 1999.
En bref
Première(s) mention(s)
1237: Poleccio/Puletio (copie du XVIIIe s.)
1256: de Polecci
Endonyme(s)/Exonyme(s)
Klösterli (ancien nom allemand)
Indexation thématique
Entités politiques / Commune

Suggestion de citation

Fransioli, Mario: "Pollegio", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 15.01.2021, traduit de l’italien. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/002081/2021-01-15/, consulté le 16.01.2021.