de fr it

Tenero-Contra

Commune du canton du Tessin, district de Locarno, située à l'entrée du val Verzasca, sur la rive droite de la rivière, s'étendant de Tenero au bord du lac Majeur à Contra sur le versant de la montagne. 1235 Tendero, Contra. 198 habitants en 1850, 557 en 1900, 966 en 1950, 1690 en 1970, 2295 en 2000, 2566 en 2010, 3148 en 2020.

Tenero-Contra: carte de situation 2023 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2023 DHS.
Tenero-Contra: carte de situation 2023 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2023 DHS.

Vestiges néolithiques, tombes des âges du Bronze et du Fer et plusieurs nécropoles romaines. Au Moyen Age et à l'époque moderne, les habitants de Tenero étaient principalement les fermiers de propriétaires de vastes domaines, appartenant à l'élite locarnaise, alors qu'une communauté rurale existait à Contra. Au spirituel, Tenero releva de Gordola (jusqu'en 1898) et de Contra (dès 1903), avant de devenir paroisse (1921). L'église Saints-Pierre-et-Vincent, mentionnée dès le XIIIe s., fut reconstruite de 1742 à 1761. La paroisse de Contra fut toujours autonome, sauf entre 1921 et 1940, lorsqu'elle dépendit de Tenero. L'église Saint-Bernard, peut-être d'origine romane, est citée dès le XVe s. (dernières restaurations en 2004). Près de l'oratoire de la Bienheureuse Vierge de la Fraccia (XVIIe s.), la tour et les murailles homonymes (XIVe s.), aujourd'hui disparues, constituaient la première ligne défensive du château de Locarno. Au Moyen Age, Contra fut le centre de la communauté de voisinage (vicinanza), puis, au XIXe s., celui de la commune politique, avant que Tenero n'accueille l'administration communale en 1910. Le nom actuel de la commune date de 1914. Jusqu'au XIXe s., la commune vécut essentiellement des ressources de l'agriculture et de l'élevage. Tenero connut ensuite un développement économique et démographique important, grâce à sa situation le long de l'axe routier et ferroviaire Locarno-Bellinzone, à l'industrie (granit, centrale hydroélectrique dès 1908), à la rationalisation de l'agriculture et à l'apparition du tourisme dans les années 1950. La papeterie, ouverte en 1853 par Tomaso Franzoni, occupa plus de 200 ouvriers dans les années 1950 (fermée en 2006). La population diminua et les résidences secondaires se multiplièrent à Contra. Le Don national suisse soutint la fondation d'un établissement agricole et de cure à Tenero (1921); transformé en Centre sportif national de la jeunesse (1963), il comprend depuis 2001 une école professionnelle pour sportifs d'élite. Contra eut une école primaire jusqu'en 1970; le bâtiment scolaire de Tenero (1975) accueille les écoles enfantines et primaires.

Sources et bibliographie

  • S. Canevascini, éd., Tenero-Contra, 2010
Complété par la rédaction
Liens
Notices d'autorité
GND
Indexation thématique
Entités politiques / Commune

Suggestion de citation

Daniela Pauli Falconi: "Tenero-Contra", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 04.12.2023, traduit de l’italien. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/002125/2023-12-04/, consulté le 30.05.2024.