de fr it

Cimo

Ancienne commune du canton du Tessin, district de Lugano, ayant fusionné en 2004 avec la commune de Bioggio. Le village de Cimo est situé dans le bas Malcantone, sur le versant oriental du mont Santa Maria, en contrebas de l'église homonyme qui est celle de la paroisse d'Iseo dont Cimo a toujours relevé. 1335 Gimo. 44 habitants en 1808, 61 en 1850, 125 en 1900, 88 en 1950, 83 en 1960, 209 en 2000, 241 en 2003.

Cimo: carte de situation 2003 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2022 DHS.
Cimo: carte de situation 2003 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2022 DHS.

En 1969, on a découvert quatre tombes à inhumation du Bas-Empire, caractérisées par la présence de céramique vernissée et de bracelets dont les extrémités représentent une tête de serpent. Au bas Moyen Age, C. faisait partie du concilium (communauté) de Santa Maria Giovena, qui comprenait en outre Iseo et Aranno (plus tard aussi Miglieglia) et dépendait de la pieve d'Agno. L'oratoire Saint-Joseph (consacré à saint Michel jusqu'au milieu du XIXe s.) se trouve au centre du village. Traditionnellement, outre l'agriculture, C. connaissait une forte émigration tant saisonnière que définitive. Le développement relativement important de la construction tend à créer le long de la route un habitat presque continu entre Gaggio di Boggio, C. et Vernate, sur les collines qui surplombent le golfe d'Agno.

Sources et bibliographie

  • V. Chiesa, Lineamenti storici del Malcantone, 1961
  • Almanacco malcantonese e bassa valle del Vedeggio, 1974, 11-18

Suggestion de citation

Bernardino Croci Maspoli: "Cimo", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 21.12.2022, traduit de l’italien. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/002160/2022-12-21/, consulté le 28.01.2023.