de fr it

Ponte Tresa

Ancienne commune du canton du Tessin, district de Lugano, située dans le bas Malcantone, sur les rives du lac de Lugano, limitrophe avec l'Italie (commune frontalière de Lavena Ponte Tresa), ayant fusionné en 2021 avec Croglio, Monteggio et Sessa pour former la commune de Tresa. 818 ad Tresiae Pontem (selon une copie du XIIe s.), 875 Ponte Tretia, ancien nom allemand Treisbruck. 259 habitants en 1755, 405 en 1850, 452 en 1900, 473 en 1950, 769 en 2000, 773 en 2010, 769 en 2020.

Ponte Tresa: carte de situation 2020 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2021 DHS.
Ponte Tresa: carte de situation 2020 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2021 DHS.

L'histoire du village est étroitement liée à celle de la rivière Tresa (citée en 590 par Grégoire de Tours) qui lui donna son nom. Du Moyen Age à l'ouverture du pont-digue de Melide (1847), la position de Ponte Tresa fut stratégique pour les communications avec l'Italie. Un pont ou un gué sur la rivière, qu'empruntait la route qui reliait Milan aux cols des Alpes centrales, existait probablement déjà à l'époque romaine. Au Moyen Age et à l'époque moderne, un pont de bois, bâti sur des piles de pierre, et quelques viviers d'anguilles (pêche) appartenaient à l'archevêque de Milan. Au XVIe siècle, le pont fut cédé aux familles de notables locaux. Il fut propriété des Stoppani jusqu'en 1828, puis passa aux mains du canton, qui construisit un nouvel ouvrage en pierre en 1846; le pont actuel date de 1962.

Sur les hauteurs, dans le hameau de Rocchetta, on voit encore les restes du château comasque de Saint-Martin, détruit pendant la guerre entre Côme et Milan (1118-1127). Au Moyen Age, les habitants devaient surveiller le passage et entretenir le pont, ce qui valait à Ponte Tresa d'être une «terre privilégiée»; les exonérations fiscales accordées au XVe siècle par les ducs de Milan furent confirmées par les Confédérés. Au spirituel, Ponte Tresa dépendit de Lavena jusqu'en 1821, lorsque l'église Saint-Bernardin (XVe s., restaurée entre 1972 et 1982) fut érigée en église paroissiale (paroisse). En 1912, on inaugura la ligne ferroviaire Lugano-Ponte Tresa. L'économie reposait traditionnellement sur l'agriculture. Grâce à sa situation, la commune bénéficia, surtout dès les années 1960, d'un développement économique appréciable lié au trafic commercial et au transit de nombreux frontaliers travaillant généralement dans la région de Lugano, ce qui eut d'ailleurs pour effet d'importants problèmes de circulation.

Sources et bibliographie

  • Buzzi, Cinzia; Buzzi, Gianpiero: Lavena Ponte Tresa. Vicende e documenti, 1990.
  • Palmisano, Francesco Dario: Ponte Tresa, terra ed acque. Documenti per una storia del territorio, 2008.
Liens
Notices d'autorité
GND
En bref
Première(s) mention(s)
818: ad Tresiae Pontem (copie du XIIe s.)
875: Ponte Tretia
Endonyme(s)/Exonyme(s)
Treisbruck (ancien nom allemand)

Suggestion de citation

Bernardino Croci Maspoli: "Ponte Tresa", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 14.09.2021, traduit de l’italien. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/002198/2021-09-14/, consulté le 15.08.2022.