de fr it

Malapalud

Ancienne commune du canton de Vaud, district du Gros-de-Vaud, sur la rive gauche du Talent, au sud d'Echallens, ayant fusionné en 2009 dans la commune d'Assens. 1776 (copie vidimée de 1429) Malapalud, soit «mauvais marais». 11 feux en 1764, 49 habitants en 1803, 58 en 1850, 58 en 1900, 58 en 1950, 51 en 1980, 61 en 2000, 92 en 2008.

Malapalud: carte de situation 2008 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2021 DHS.
Malapalud: carte de situation 2008 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2021 DHS.

Au Moyen Age, Malapalud dépendait de la seigneurie de Bottens et l'abbaye de Montheron y possédait des biens. Le village passa sous la domination de Berne et Fribourg après 1475 et fut rattaché au bailliage commun d'Orbe-Echallens jusqu'en 1798. Il passa ensuite au district d'Echallens (1798-2006). Berne et Fribourg détinrent pendant tout l'Ancien Régime le fief et les droits de juridiction. L'assemblée des communiers administrait le village. Annexe de la paroisse d'Assens, Malapalud en suivit la destinée et demeura catholique après la Réforme. A l'écart des routes principales et de la ligne de chemin de fer Lausanne-Echallens-Bercher (1874), la commune, demeurée rurale, se consacra principalement à l'élevage (sept exploitations en 2000). La Société de laiterie fondée en 1947 fut liquidée en 2012. Malapalud compta en outre jusqu'en 2014 une scierie et commerce de bois.

Sources et bibliographie

  • Décosterd, Denis: Région du Gros-de-Vaud. Programme de développement, 3 vol., 1990.
En bref
Première(s) mention(s)
1776 Malapalud (copie vidimée de 1429)

Suggestion de citation

Marianne Stubenvoll: "Malapalud", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 29.11.2021. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/002369/2021-11-29/, consulté le 15.08.2022.