de fr it

Villette (Lavaux)

Ancienne commune VD, district de Lavaux-Oron, ayant fusionné en 2011 avec Cully, Epesses, Grandvaux et Riex pour former la commune de Bourg-en-Lavaux. 1160/1179 Vileto. 193 hab. en 1764, 288 en 1850, 340 en 1900, 387 en 1950, 564 en 2000.

Des vestiges de plusieurs établissements romains, dont l'un sous l'église, et un milliaire de Constantin (auj. disparu) furent mis au jour. Le village de V. formait avec Cully, Epesses, les Monts de V. (auj. Forel), Grandvaux et Riex l'une des quatre grandes paroisses (communauté) de Lavaux appartenant au domaine temporel de l'évêque de Lausanne. L'église Saint-Saturnin, citée en 1134, paroissiale en 1228, dépendait du prieuré de Lutry. Au XIVe s., une structure communale se mit en place: Aran, Chenaux (Cully), Cully, Curson (Grandvaux), Epesses, Grandvaux, Riex et V. étaient régis par des confréries, corporations d'abord religieuses, puis civiles s'occupant entre autres de l'école, de l'assistance et des chemins.

Sous l'Ancien Régime, intégrée dans le bailliage de Lausanne (1536-1798, châtellenie dès 1598), la commune générale de V. fut organisée par Berne en quatre quarts "de delà", soit Aran (quart divisé en trois tiers: V., Aran, Chatagny), Curson (quart divisé en quatre particules: Lallex, Curson, Baussan, Crête), Grandvaux et Chenaux, et en quatre quarts "de deçà", soit Cully (comptant pour deux quarts), Riex et Epesses (deux tiers pour le village, un tiers pour Crêt). Dès le milieu du XVIIe s., elle fut administrée par un banneret et un gouverneur, un Conseil des XVI et un Rière-Conseil de soixante-quatre membres. Si la partie viticole était plutôt gérée par les confréries, la partie supérieure dépendait plus étroitement de l'administration centrale. Les forêts, possédées en commun avec d'autres communautés du Jorat, et l'église de Savigny, partagée avec Lutry, furent source de nombreux conflits.

En 1824, la grande paroisse de V. fut divisée en six communes, soit V. (confréries de V. et d'Aran), Grandvaux (confréries de Grandvaux et de Curson), Cully (confréries de Cully et de Chenaux), Riex, Epesses et les Monts de V. sous le nom de Forel (Lavaux). Une gare sur la ligne du Simplon fut inaugurée en 1861. En 1864, Aran devint le chef-lieu de la commune de V. En 1972, un projet de plan de zones prévoyant l'implantation de villas fut à l'origine de l'association Sauver Lavaux fondée par Franz Weber. Agricole et surtout viticole, V. était en 2010 la plus grande appellation d'origine contrôlée de Lavaux avec 185 ha (plus de la moitié des emplois dans le primaire en 2005). Au début du XXIe s., la proximité de Lausanne attirait une population de navetteurs.

Sources et bibliographie

  • L.-D. Perret, La bourgeoisie d'Aran et Chatagny, 2003