de fr it

Val deBagnesrégion

Vallée du canton du Valais, sur la rive gauche du Rhône, arrosée par la Dranse de Bagnes, constituée de la commune de Val de Bagnes, née de la fusion en 2021 de Bagnes et Vollèges. 1150 Banie.

Des traces de campements de chasseurs-cueilleurs remontant au VIIImillénaire av. J.-C. ont été découvertes en altitude et l'occupation récurrente des zones d'alpages est attestée dès le Néolithique. Des pierres à cupules néolithiques, ainsi que des sépultures de l'âge du Bronze et de l'époque romaine ont été mises au jour dans la vallée. La présence régulière d'habitants peut s'expliquer par l'existence du col de Fenêtre, reliant le val de Bagnes au val d'Aoste, qui connut durant une longue période un flot de passage aussi important, sinon plus, que le col du Grand-Saint-Bernard.

En 1150, le comte Humbert de Savoie céda une partie de ses droits sur Bagnes et Octiet (soit Etiez, un hameau de Vollèges) à l'abbaye de Saint-Maurice. Cette donation laissait place à de multiples interprétations. Finalement l'abbaye obtint le ban, la juridiction et les droits de pâturage, alors que le comte gardait les cens, le droit de chevauchée et des corvées pour le château de Chillon. Toute la vallée n'étant pas passée en mains de l'abbaye, celle-ci accrut petit à petit son pouvoir. En 1294, elle racheta ses droits sur la métralie de Bagnes, tenue en fief par la famille de Bagnes qui l'avait indûment divisée. En 1340, elle acquit des Montheolo la salterie, en 1341 le vidomnat de Vollèges par un échange avec les seigneurs de Liddes, en 1366 le vidomnat de Bagnes et en 1462 les biens du vidomne de Montagnier. En 1475, après la bataille de la Planta, les dizains du Haut-Valais chassèrent le duc de Savoie du Bas-Valais. C'est probablement à cette occasion qu'ils détruisirent le château de Verbier. Un conflit d'intérêt opposa, après cette victoire, l'abbé de Saint-Maurice et l'évêque de Sion. Ce dernier pensait recouvrer ses droits sur tout le Valais et ne reconnut pas l'abandon par la Savoie du val de Bagnes à l'abbaye. Il fallut deux brefs du pape pour que, en 1501, le litige soit réglé en faveur de Saint-Maurice.

La partie supérieure de la vallée appartenait à des familles nobles valdôtaines; des rixes opposèrent les Bagnards aux Valdôtains (1515) pour le contrôle de l'alpage du Grand Chermontane. Un premier jugement rendu à Sembrancher par des commissaires des sept dizains l'octroya aux Valdôtains; mais comme ceux-ci refusaient la suzeraineté de l'évêque de Sion, la Diète valaisanne leur confisqua ce pâturage au profit des Bagnards, à charge pour eux de garder le col de Fenêtre en cas de guerre. En 1565, l'abbaye vendit ses droits sur les biens communaux aux Bagnards. Leur exploitation permit à la communauté de racheter peu à peu les charges qui pesaient sur elle. En 1745, elle tenta de précipiter le mouvement d'extinction des charges et de contraindre par la force l'abbé à renoncer à ses droits; mais l'intervention du Haut-Valais força les Bagnards à faire acte de soumission. 1798 entraîna la fin du pouvoir de l'évêque sur le val de Bagnes. Une convention de 1807 entre Bagnes et l'abbaye supprima le pouvoir temporel de celle-ci sur la vallée, qui avait payé pour la dernière fois des redevances en 1798. Depuis lors, Saint-Maurice ne conserva plus que le pouvoir de nomination dans les cures de Bagnes et de Vollèges.

L'introduction du tourisme à la fin du XIXe siècle a profondément modifié l'économie de la région. A la fin du XXe siècle, l'agriculture à temps partiel (85% des exploitations) était devenue la règle. L'élevage, s'il n'est plus économiquement rentable, reste l'image de marque de la vallée (combats de reines de la race bovine d'Hérens, fromage à raclette). Fionnay fut la première station touristique dès 1890 (tourisme estival), relayé par Bruson et surtout par Verbier. Le télésiège de Médran (1950) favorisa le tourisme hivernal. Le barrage de Mauvoisin (1958), outre l'électricité produite, permit de supprimer les inondations catastrophiques du passé, dues au glacier du Giétro. La vallée est reliée à Martigny par le chemin de fer depuis 1953 (Martigny-Sembrancher 1910, Sembrancher-Le Châble 1953).

Sources et bibliographie

  • Courthion, Louis: «Esquisse historique de la vallée et commune de Bagnes en Valais», in: Revue historique vaudoise, 1893, pp. 206-215, 274-287, 306-317, 335-350.
  • Bérard, Clément: Bataille pour l'eau. 500 ans d'une lutte sans trêve ni merci, 1963 (20024).
  • Raynauld, Françoy: Formation et évolution d'une élite politique dans une vallée alpestre. Le cas de Bagnes en Valais (Suisse), mémoire de licence, Université de Montréal, 1976.
  • Perrenoud, Arlette: Paroles de bergers. Alpages et mayens du Val de Bagnes, 1992.
  • Perrenoud, Arlette (éd.): Val de Bagnes. Continuités et mutations, 1997.
Liens
Notices d'autorité
GND
En bref
Première(s) mention(s)
1150: Banie

Suggestion de citation

Jean-Yves Gabbud: "Bagnes, val de (région)", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 03.08.2021. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/002675/2021-08-03/, consulté le 03.02.2023.