de fr it

Gy

Comm. GE, rive gauche du Léman et rive droite de la Seymaz, à la frontière avec la France (Haute-Savoie). 1227 Gyez, 1289 Giez. 189 hab. en 1860, 215 en 1900, 141 en 1950, 370 en 2000. Le domaine de G., qui remonte peut-être à une villa gallo-romaine, faisait partie, dès avant 1227, des terres du prieuré de Saint-Victor de Genève. A la Réforme, Berne s'empare des droits du prieuré et se voit attribuer en 1544, par le départ de Bâle, les droits de haute justice. Le traité de Turin de 1754 accorde à Genève la plénitude des droits sur le mandement de Jussy dont G. fait partie. En 1798, Jussy devient commune genevoise, y compris le hameau de G., jusqu'à la création, le 9 novembre 1850, de la commune de G. Le premier temple réformé de la campagne genevoise a été édifié à G. (1609-1611). Essentiellement rurale, la commune compte en 2000 une dizaine d'exploitations (culture, élevage, viticulture). Menuiserie, ébénisterie. Réserve naturelle de 24 ha aux Prés de Villette.

Sources et bibliographie

  • Régeste genevois, 1866, nos 625, 1278 et 1527
  • Etude alvéolaire Arve-Lac-Est, 1974
  • J.-C. Mayor, Gy et ses Gytans à travers les siècles, 1982
  • HS, III/2, 244-246
Liens
Notices d'autorité
GND
Indexation thématique
Entités politiques / Commune