de fr it

Courrendlin

Commune du canton du Jura, district de Delémont, située à la sortie des gorges de Moutier, ayant fusionné en 2019 avec Rebeuvelier et Vellerat. Sur la rive droite de la Birse, le noyau ancien s'est développé en village-rue le long de la route principale. La gare (ligne Delémont-Moutier, 1876) et un quartier résidentiel du XXe siècle furent construits sur la rive gauche. Au sud du village se trouve le complexe sidérurgique de Choindez. 866 Rendelana Corte. 567 habitants en 1818, 731 en 1850, 1908 en 1900, 2098 en 1910, 1921 en 1930, 2218 en 1950, 2656 en 1970, 2435 en 2000, 2564 en 2010, 3550 en 2019.

Courrendlin: carte de situation 2019 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2019 DHS.
Courrendlin: carte de situation 2019 (Géodonnées: Office fédéral de la statistique, Swisstopo, OpenStreetMap) © 2019 DHS.

Courrendlin faisait partie des biens de l'abbaye de Moutier-Grandval en 866 déjà. Jusqu'en 1797, ce fut l'une des grandes mairies de justice de la prévôté de Moutier-Grandval; appelée aussi Sous-les-Roches, elle réunissait les mairies de Courrendlin et de Corban et resta catholique malgré les efforts de Berne dans les années 1530 pour propager la Réforme. Courrendlin fit partie des départements français du Mont-Terrible (1797-1800) et du Haut-Rhin (1800-1813), du bailliage puis district bernois de Moutier dès 1815. Commune limitrophe après les deux premiers plébiscites (juin 1974, mars 1975), Courrendlin opta pour le canton du Jura le 7 septembre 1975, lors du troisième plébiscite, et fut rattaché au district de Delémont en 1976. Les communes municipale et bourgeoise sont séparées. Une école secondaire existe depuis 1933. La chapelle primitive (Saint-Germain, IXe s.), devenue Saint-Barthélemy, éloignée du centre, rebâtie à trois reprises, fut abandonnée au XVIIIe siècle (restauration en 1977). La nouvelle église paroissiale Saints-Germain-et-Randoald fut construite au village (1755-1758). La paroisse comprend Rossemaison, Châtillon et Vellerat. En 1598, le prince-évêque de Bâle fit construire à Courrendlin un haut fourneau qui fut en activité jusque vers 1870. L'essor des usines Von Roll, établies à Choindez depuis 1843, transforma la commune dans la seconde moitié du XIXe siècle: on comptait 74% de la population active dans l'industrie en 1920 et une forte minorité alémanique et protestante (temple en 1930). La diversification des activités économiques s'est accélérée depuis 1970. Le secteur secondaire (fonderie, mécanique, décolletage, matière plastique et extraction du gravier) offrait plus de la moitié des emplois en 2000.

Sources et bibliographie

  • A. Daucourt, Dictionnaire historique des paroisses de l'ancien évêché de Bâle, 1, 1897, 204-230 (réimpression 1980)
  • G. Lovis, «La vieille église de Courrendlin», in Actes de la Société jurassienne d'émulation, 1973, 193-204
  • W. Stoeckli, «La chapelle Saint-Barthélemy à Courrendlin», in Actes de la Société jurassienne d'émulation, 1978, 137-150
  • 2764 Courrendlin, 1983 (photographies)
Liens
Notices d'autorité
GND
En bref
Première(s) mention(s)
866: Rendelana Corte
Indexation thématique
Entités politiques / Commune

Suggestion de citation

Kohler, François: "Courrendlin", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 05.10.2020. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/002935/2020-10-05/, consulté le 29.11.2020.