de fr it

Schwamendingencommune

Ancienne comm. ZH, distr. de Zurich, incorporée en 1934 à la ville de Zurich, dont elle constitue depuis 1971 le douzième arrondissement. A l'origine, village situé à un carrefour routier de la vallée de la Glatt. IXe s. Svvamudinga. 11 feux en 1467, 155 hab. en 1637, 422 en 1799, 632 en 1836, 1160 en 1850, 1042 en 1900, 2460 en 1930, 13 930 en 1950, 33 360 en 1960, 28 272 en 2000. Des fouilles archéologiques dans l'ancienne église ont révélé une nécropole du haut Moyen Age avec mobilier datant du VIe s. Le village de S., qui relevait du comté de Kyburg pour la haute justice, faisait partie de la seigneurie foncière du Grossmünster de Zurich, qui, jusqu'à sa sécularisation partielle en 1526, y exerçait aussi les droits de basse justice. Le coutumier remonte au XIVe s. et les bâtiments encore existants du domaine (Kelnhof) à 1556. Une tuilerie est attestée au XVIe s. Sise à la bifurcation des voies Zurich-Winterthour et Zurich-Oberland zurichois, la localité se trouvait au pied d'une montée sur la route en direction de Zurich; les paysans aisés en profitaient en louant des chevaux et des bœufs pour renforcer les attelages.

L'église, mentionnée en 1271 et dédiée à saint Nicolas selon un document de 1481, était une filiale du Grossmünster de Zurich. Un sanctuaire roman, attesté par l'archéologie, fut remplacé au XVe s. par un édifice gothique, transformé en 1674. S., qui abritait un béguinage au bas Moyen Age (mentionné en 1449), ne fut érigé en paroisse qu'en 1872. La paroisse catholique date de 1951; l'église Saint-Gall fut consacrée en 1957.

Sous la République hélvétique, Oerlikon fut réuni à S. pour en être à nouveau détaché en 1872. Le canton de Zurich, qui avait succédé au chapitre du Grossmünster dans ses divers droits, et la corporation forestière (Hubengenossenschaft) de S. furent en procès des années durant à propos des forêts de l'ancien chapitre; un accord devant le Tribunal fédéral y mit fin en 1870. L'ouverture de la voie ferrée Zurich-Winterthour en 1856 favorisa d'abord les localités voisines de Wallisellen et Oerlikon, tandis que S., à l'écart, restait agricole et artisanal. Le tram pour Zurich, mis en service en 1906, fut remplacé, en 1931, par des lignes de bus. Depuis 1986, deux lignes de tram des transports publics zurichois desservent S. (terminus à Hirzenbach et à la station RER de Stettbach). L'autoroute A1, inaugurée en 1980, partage S. en deux. Une association de quartier vit le jour après la fusion avec la ville en 1934 et la corporation de S. en 1974. Jusque dans les années 1940, le quartier se développa uniquement le long des axes routiers; après la Deuxième Guerre mondiale, des maisons mitoyennes, des blocs locatifs et des tours apparurent dans toute la plaine. La construction de logements coopératifs ou subventionnés commença en 1941 avec le lotissement d'Au, comprenant des maisons familiales avec jardin potager que la ville mettait à disposition des chômeurs. En 2010, S. était un quartier essentiellement résidentiel; la part des étrangers y était relativement élevée (34,5% en 2001), ce qui pourrait tenir à la part importante des appartements à loyer modéré.

Sources et bibliographie

  • Hundert Jahre Gross-Zürich: 60 Jahre 2. Eingemeindung 1934, cat. expo. Zurich, 1994, 104-115
  • D. Kurz, «Schwamendingen», in Baukultur in Zürich, 1, 2002, 77-85