de fr it

Wülflingencommune

Ancienne comm. ZH, distr. de Winterthour, incorporée à Winterthour en 1922. Faubourg au nord-ouest de la ville, entre les collines du Wolfensberg, du Brüelberg et du Berenberg. 897 wulvilinga. 987 hab. en 1799, 2012 en 1850, 3580 en 1900, 3845 en 1920.

Haches néolithiques, lames de hache du Bronze, tombe de guerrier de La Tène moyenne, monnaies et vestiges d'un aqueduc romains. Sur le territoire communal se trouvent le château fort d'Alt-W., construit vers 1240 à l'emplacement de bâtiments plus anciens (avec en contrebas son domaine exploité jusqu'en 1834), un autre domaine (Kelnhof), autrichien à l'origine, mentionné en 1372, le couvent de chanoines augustins de Beerenberg, supprimé en 1525, le château de W., construit en 1644-1645, siège administratif de la seigneurie justicière de W.-Buch jusqu'en 1760, et le château du Hardwald, utilisé dès 1734 comme pavillon de chasse par les Hirzel, seigneurs justiciers. Vers 1650, W., dont l'économie reposait sur la céréaliculture (en assolement triennal) et la viticulture, comprenait en dehors du village vingt fermes et hameaux, nés pour la plupart de l'extension du terroir cultivé au Moyen Age central et au bas Moyen Age. La ferme de Hüwinen fut abandonnée avant 1400, celles d'Obertobel et Untertobel dans les années 1890, et celle de Rain fut détruite par un incendie en 1911.

Des fouilles archéologiques (1972) ont montré qu'à une église de bois du VIIe s., rebâtie en pierre vers 700, transformée à la fin de l'époque carolingienne (entre 800 et 900), a succédé une église romane du XIe s., refaite au XIIe/XIIIe s. (roman tardif), puis agrandie en style gothique et pourvue d'un clocher (entre 1400 et 1525). Elle fit place en 1681 au temple protestant actuel; le chœur du XIIIe s. fut cependant conservé et servit de base à un nouveau clocher, avec flèche, en 1757. Détentrice du patronage, la maison de Habsbourg le remit en gage vers 1380 aux seigneurs de Seen. En 1515, les seigneurs de Rümlang, détenteurs du gage, vendirent le patronage et la dîme à l'hôpital de Winterthour. L'église catholique Saint-Laurent, consacrée en 1959, est paroissiale depuis 1962.

La communauté villageoise de W. est mentionnée pour la première fois en 1370 (coutumier de 1484; limitations d'accès à la bourgeoisie en 1584, 1650 et 1748). Elle était dirigée par un collège dit des Quatre (attesté en 1492). La filature mécanique avec atelier de tissage établie en 1802 au Hard fut l'une des premières du genre en Suisse. La filature Beugger, dont les bâtiments abritèrent dès 1894 l'hospice cantonal (établissement cantonal pour malades chroniques depuis 1965, clinique psychiatrique depuis 1998), fut en activité de 1820 à 1870, la papeterie de W. de 1834 à 1883. Le moulin Schollenberger, construit en 1839 au bord de la Töss, cessa son activité en 1955 et fut démoli en 1960. La tuilerie près du château de W. arrêta sa production vers 1910. Bien que l'on dénombrât en 1850 déjà, par suite de l'industrialisation, 160 ouvriers de fabrique et 142 artisans à côté des 184 agriculteurs, W. conserva son caractère villageois jusque vers 1915. Avec Töss, W. fut l'une des premières communes du canton à majorité socialiste. La fusion avec Winterthour entraîna aussi celle des communes bourgeoise et scolaire.

Sources et bibliographie

  • P. Ziegler, Wülflingen, 1975
  • F. Schmaedecke, Das Kloster Mariazell auf dem Beerenberg bei Winterthur, 2011
Liens
Notices d'autorité
GND