de fr it

Urs JosephLüthi

Portrait posthume encadré d'allégories. Dessin à la plume et au crayon de Heinrich Jenny dans un album contenant vingt-trois portraits de poètes soleurois, 1894 (Museum Blumenstein, Soleure; photographie Samuel Mühleisen).
Portrait posthume encadré d'allégories. Dessin à la plume et au crayon de Heinrich Jenny dans un album contenant vingt-trois portraits de poètes soleurois, 1894 (Museum Blumenstein, Soleure; photographie Samuel Mühleisen).

22.10.1765 à Soleure, 14.1.1837 à Soleure, cath., de Soleure. Fils de Philipp, maître boulanger, et de Margarita Lambert. 1797 Anna Maria Hirt, fille de Peter Joseph, boucher et patriote. Surnommé, en raison d'une infirmité du bras, Stumparm-Lüthi. Collège à Soleure. Correspondant de Johann Kaspar Lavater, rencontré en 1782, L. voulait être poète; ses premières œuvres parurent en 1784 dans le Schweitzerisches Museum de Johann Heinrich Füssli, puis dans le Schweizerischer Musenalmanach auf das Jahr 1785 qu'il rédigea en grande partie lui-même. Sous le pseudonyme de Theodorus Rabiosus, il critiqua en 1785 le système éducatif soleurois, s'attirant une peine de prison suivie d'un bannissement de plusieurs années. Il alla étudier le droit à Vienne où il publia en 1787 quatre volumes de fables et des "poèmes facétieux". Après un séjour de deux ans à Lucerne, il retourna en 1791 à Soleure et y exerça le notariat à partir de 1794. Membre de la Société helvétique, il fut arrêté en février 1798 avec Franz Josef Gassmann et d'autres patriotes favorables à la révolution. Bientôt libéré, il fut nommé secrétaire général du gouvernement provisoire soleurois par le général Schauenburg le 3 mars 1798. Il devint membre du Sénat helvétique, qu'il présida deux fois, et commissaire du gouvernement dans le canton de Berne en 1799; proche des républicains (élitaires et modérés), il participa aux deux premiers coups d'Etat de janvier et d'août 1800. A Soleure, il fut préfet national (1801), puis siégea à la chambre administrative (1802) et au gouvernement de l'époque de la Médiation jusqu'à sa mort. Membre (1802) et président (1803-1837) du conseil de l'instruction publique. L. fut un personnage central de la vie intellectuelle et politique de son canton; il élabora divers textes de lois sous la Restauration. Comme rédacteur du Solothurnisches Wochenblatt et éditeur de documents (tel le code municipal de 1604), il joua un rôle dans la recherche historique soleuroise.

Sources et bibliographie

  • A. Lätt, Ratsherr Urs Josef Lüthi, 1765-1837, 1926
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF