de fr it

Richensee

Ancienne commune du canton de Lucerne, cercle électoral de Hochdorf, dès 1897 partie de la commune de Hitzkirch, et ancien bailliage. Richensee se situe dans le Seetal, à la sortie de l'Aabach du lac de Baldegg. 1255 Richense. 148 habitants en 1665, 171 en 1850, 127 en 1888.

Les comtes de Kibourg fondèrent entre 1237 et 1243 au nord du lac de Baldegg une tour de défense et d'habitation, qui fut le siège d'un bailli kibourgeois, remplacé en 1264 par un bailli habsbourgeois. La localité de Richensee, qualifiée de bourgade (Städtchen) dans les chroniques, se développa au pied de la tour (villes municipales). Son expansion et celle de son territoire provoquèrent des conflits avec le chapitre de Beromünster. Richensee (chapelle dédiée à saint Laurent et à sainte Gertrude) relevait de la paroisse de Hitzkirch. Avant 1306, les Habsbourg détachèrent le territoire de la paroisse du bailliage kibourgeois de Lenzbourg afin de former, avec les paroisses de Hochdorf, Hohenrain et Schongau (avant 1318), le bailliage de Richensee, administré par celui de Rothenburg. De la fin du XIVe siècle jusqu'en 1420, la partie septentrionale du bailliage fut donnée en gage aux Gessler. Après 1395, Lucerne détint la juridiction de Hochdorf et, de 1415 à 1425, le bailliage entier de Hochdorf. En 1425, le territoire paroissial de Hitzkirch fut attribué aux Freie Ämter en tant que bailliage de Richensee, dit de Hitzkirch au XVIe siècle, puis rattaché au district de Hochdorf (1803-2012, ensuite cercle électoral).

Si plusieurs foires annuelles se tinrent à Richensee dès 1306, celle-ci n'eut toutefois ni avoyer, ni conseil, ni sceau. Détruite par des troupes autrichiennes durant la guerre de Sempach en 1386, la localité ne fut plus dorénavant qu'un village ou un bourg avec droit de marché (bourgeoisie en 1583). La tour de Grünenberg, dont les ruines étaient encore visibles au début du XXIe siècle, était un fief habsbourgeois et comme tel le siège des seigneurs von Lieli; il passa aux barons von Grünenberg après 1388 et à la seigneurie de Heidegg en 1437. Richensee possédait plusieurs tavernes (auberges), une boulangerie et, au XVIIIe siècle, une clouterie et un atelier fabriquant des poêles en catelles. On s'y adonnait à l'élevage, à la culture céréalière et fruitière et, jusqu'au XXe siècle, on y cultivait quelques vignes. Dès 1501 environ, les droits d'usage de Richensee dans la forêt d'Erlose provoquèrent de nombreux conflits avec Ermensee et durèrent jusqu'au partage en 1804. Commune financièrement faible, elle fut mise sous régie par le canton en 1887, puis intégrée à la commune de Hitzkirch en 1897.

Sources et bibliographie

  • Bosch, Reinhold: «Richensee», in: Revue d'histoire suisse, 23, 1943, pp. 52-68.
  • Reinle, Adolf: Das Amt Hochdorf, 1963, pp. 129-134 (Die Kunstdenkmäler des Kantons Luzern, 6).
  • Meyer, Werner: «Burgenbau im kyburgischen Machtbereich», in: Die Grafen von Kyburg. Kyburger-Tagung 1980 in Winterthur, 1981, pp. 69-85 (Schweizer Beiträge zur Kulturgeschichte und Archäologie des Mittelalters, 8).
  • Häfliger, Bruno: Richensee. Auf den Spuren eines vergangenen Städtchens, 1997.
Complété par la rédaction
En bref
Première(s) mention(s)
1255: Richense

Suggestion de citation

Hörsch, Waltraud: "Richensee", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 19.07.2021, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/003339/2021-07-19/, consulté le 24.01.2022.