de fr it

Stechlenegg

Habitat dispersé, puis demi-rhode, comm. de Gonten AI, à la frontière avec les Rhodes-Extérieures. Cette région, citée pour la première fois en 1480, appartint au Moyen Age au bailliage de Hundwil puis à la rhode supérieure de Hundwil. Lors de la partition du canton d'Appenzell en 1597, les résidents catholiques de S. rejoignirent les Rhodes-Intérieures. Dès 1598, ils furent considérés comme relevant d'Appenzell au temporel et au spirituel, et dès 1648 de Gonten au spirituel. La demi-rhode de S., incluant aussi la région de Lauftegg et des parties de Hintergonten, n'obtint cependant jamais la pleine égalité des droits, les habitants étant exclus de l'usufruit des communaux des Rhodes-Intérieures. En 1814, la Constitution cantonale réunit S. à la demi-rhode de Rinkenbach. Le libre établissement des Appenzellois dans le territoire à mixité confessionnelle de S. fut garanti par un accord des deux Appenzells en 1609. Les limites des domaines servaient de frontière entre les demi-cantons. Cependant, dès 1637, l'appartenance à l'un ou l'autre ne put plus être modifiée après un changement de propriétaire. Les frontières ne furent fixées définitivent qu'en 1851, lors d'une conférence de délégués des deux demi-cantons, et quelques parcelles passèrent sous la souveraineté des Rhodes-Extérieures (comm. Hundwil). Avec la réorganisation d'Appenzell Rhodes-Intérieures en 1872, la demi-rhode perdit son rôle politique et son territoire fut incorporé à la commune de Gonten.

Sources et bibliographie

  • AppGesch, 1 et 3
  • I. Bischofberger, Grenzstreitigkeiten zwischen Appenzell Ausser- und Innerrhoden, [1990], 85-88
  • A. Weishaupt, Geschichte von Gonten, 2 vol., 1997

Suggestion de citation

Weishaupt, Achilles: "Stechlenegg", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 20.02.2012, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/003342/2012-02-20/, consulté le 01.12.2021.