de fr it

Hong Kong

La présence suisse à H. débute en 1842 avec le premier préfet apostolique, Theodor Joset, qui créa une institution pour enfants après avoir été missionnaire en Chine. Au XXe s., des religieux catholiques et protestants (Mission de Bâle) s'établirent sur son territoire. Dès le tournant du siècle, des commerçants suisses avaient commencé à y faire des affaires. Les Suisses étaient une dizaine en 1926 et une soixantaine dans les années 1940. Leur nombre dépassa 100 en 1950, 200 en 1957, 300 en 1967, 600 en 1977, pour atteindre 972 en 1986 et 1254 en 2004. Si des Suisses s'installèrent à H. pour fuir la Chine en 1937 et en 1948-1949, d'autres furent attirés par l'essor économique de la colonie. Les Suisses travaillent dans le commerce, l'hôtellerie, la finance et l'industrie. Ouvert en 1939, le consulat est fermé à cause de l'occupation japonaise en 1942, puis rouvert en 1945 et transformé en consulat général en 1959. Estimés à une centaine de millions de francs (dont neuf dans l'horlogerie) en 1983, les investissements privés suisses atteignirent 200 millions de francs en 1987; la Suisse se plaçait au sixième rang des investisseurs étrangers à H. (en Asie, seul le Japon attirait plus de capitaux). H. achète surtout des produits horlogers et chimiques et des machines. Ses ventes, minimes avant les années 1960, consistent en textiles, appareils électriques et jouets. L'horlogerie a toujours joué un rôle particulier dans les relations bilatérales: pendant des décennies, elle occupa la première place parmi les ventes suisses à H. qui achetait une grande partie des produits de cette industrie, avant de devenir, avec le Japon, le concurrent le plus redouté de celle-ci dans les années 1980. Représentant alors environ 2% des exportations et 1% des importations, H. figurait parmi les quinze principaux partenaires commerciaux de la Suisse dans le monde (et parmi les premiers dans les pays émergents). Les relations financières s'intensifièrent au fil des décennies: dans les années 1950, la Suisse occupait une place primordiale sur le marché de l'or à H. où les grandes banques s'installèrent dès les années 1960. Comme à Singapour, le développement de la place financière accrut les flux au cours des années 1980. En 1991, les banques établies en Suisse faisaient figurer à leurs bilans 5307 millions de francs d'avoirs à H. et 4782 millions d'engagements; de plus, selon la BNS, elles y avaient 531 millions et étaient engagées pour 3073 millions à titre fiduciaire.

Sources et bibliographie

  • Documentation du DFAE
  • J. Beckmann, «Msgr. Theodor Joset», in RHES, 36, 1942, 19-38, 121-139
  • J.-F. Blanc, Suisse-Hong Kong: le défi horloger, 1988
Liens
Notices d'autorité
GND