de fr it

GeorgBaumberger

8.3.1855 à Zoug, 21.5.1931 à Zurich, catholique, de Kirchberg (SG). Fils de Johann Georg Baumberger-Platter, pharmacien à Zoug. 1) Amalie Bick, fille de Peter Bick, d'Oberuzwil, 2) Paulina Trottmann, fille de Jakob Trottmann, de Muri (AG). Après un apprentissage d'épicier à Sion, Georg Baumberger commença par diriger une épicerie à Speicher. Puis il fut rédacteur des Appenzeller Nachrichten à Hérisau (1881-1886), rédacteur en chef de l'Ostschweiz à Saint-Gall (1886-1904) et rédacteur des Neue Zürcher Nachrichten à Zurich (1904-1919). A Saint-Gall, sa carrière politique le conduisit à la Constituante (1890-1891), au Grand Conseil (1901-1905), au conseil d'éducation et au comité du Parti conservateur populaire (Parti démocrate-chrétien, PDC). Il participa en 1905 à la fondation de l'Association populaire catholique suisse. En 1906, il cofonda le Parti chrétien-social du canton de Zurich, qu'il dirigea jusqu'à sa mort. Il siégea au Grand Conseil de ville de Zurich (1913-1931), au Grand Conseil cantonal (1917-1920) et au Conseil national (1919-1931). Il fut membre du comité directeur du Parti conservateur populaire suisse de 1912 à 1931.

Suite à son installation à Zurich, Baumberger fut considéré comme l'un des politiciens catholiques les plus influents de son temps en matière économique et sociale. Il lutta énergiquement pour l'introduction de la proportionnelle dans les élections cantonales et fédérales (systèmes électoraux), réussit à rassembler la minorité catholique (catholicisme) de Zurich autour d'un programme politique viable, devint le porte-parole dynamique du mouvement chrétien-social (le «chef des travailleurs») et s'assura très vite une position éminente au Conseil national grâce à l'étendue de ses connaissances, à ses dons oratoires et à sa prodigieuse mémoire. Il déposa en 1926 une motion visant à enrayer le dépeuplement des régions de montagne. A chacune des Journées catholiques suisses et à bien d'autres manifestations analogues en Suisse comme à l'étranger, il tint des discours à la fois populaires et brillants. Journaliste doué et écrivain au style ferme, il traita de nombreux sujets historiques, folkloriques, économico-politiques, religieux, et laissa des récits de voyage appréciés. Baumberger fut nommé docteur honoris causa de l'Université de Fribourg et créé chevalier du Saint-Sépulcre. En 1932, un monument fut érigé sur le Piz Calmot pour honorer son engagement en faveur des régions de montagne.

Sources et bibliographie

  • Gruner, Erich (éd.): L'Assemblée fédérale suisse 1848-1920, vol. 1, 1966, pp. 49-50.
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Hugo Hungerbühler: "Baumberger, Georg", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 29.03.2022, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/003606/2022-03-29/, consulté le 18.08.2022.