de fr it

Johann JakobKeller

27.3.1823 à Lanzenmoos (comm. Fischenthal), 28.6.1903 à Fischenthal, prot., de Fischenthal. Fils de Hans Jakob, petit agriculteur et tisserand à domicile, marchand de drap dès 1828, fabricant. 1) 1845 Anna Rüegg, fille de Caspar, capitaine à Steg (comm. Fischenthal), 2) 1856 Caroline Peter, lingère, fille de Hans Heinrich, jardinier, livreur de bière, 3) 1858 Barbara Güttinger, fille de Hans Ulrich. Ecole du village, institut Kunz à Hombrechtikon (1836-1838), école municipale à Winterthour (1839), dont K. fut retiré à cause de la faillite de son père. Dès lors établi à Fischenthal, il collabora au redressement de l'affaire familiale, dont il prit la direction à la mort de son père (1843). Il se tourna vers la vente et la fabrication de broderies à la main (pendant dix ans dès 1847). Avec la participation initiale de ses frères, il fonda une filature et fabrique de tissu, sise en 1860 à Mühlebach et en 1863 à Gibswil (tous deux comm. Fischenthal), qui comptait 7000 broches en 1863. Il agrandit l'entreprise en 1878, s'en retira en 1883 (12 500 broches en 1888). Député radical, puis démocrate au Grand Conseil zurichois (1854-1872). Membre du comité d'action du mouvement démocratique de Zurich (1867), de la Constituante et de la commission des Trente-Cinq chargée d'élaborer un projet de constitution (1868-1869). Conseiller national (1869-1893). Président de la commune de Fischenthal (1851-1855), juge de paix (1851-1853), juge au tribunal de district (1855-1866) et au tribunal du commerce (1874-1891). Administrateur de la Banque cantonale de Zurich (1869-1899). Cofondateur et administrateur (1871-1876) du chemin de fer de la vallée de la Töss. K. fut un entrepreneur prospère, sensible aux questions sociales. Elu très jeune président de sa commune, il parvint à la désendetter. Membre influent du mouvement démocratique dès ses débuts, il fut aussi le "père" de la Banque cantonale de Zurich. Au Conseil national et dans la presse, K. milita pour des assurances sociales obligatoires et pour la création d'une Banque nationale. Un monument, dû à Charlotte Germann-Jahn, a été élevé à sa mémoire à Gibswil en 1975.

Sources et bibliographie

  • Lebenserinnerungen, ms., Heimatmuseum Wald (ZH)
  • Gruner, L'Assemblée, 1, 82-83
  • M. Schnyder, «Johann Jakob Keller von Fischenthal», in Schweizer Pioniere der Wirtschaft und Technik, 25, 1971, 45-78, 110-111
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF