de fr it

Georg JosephSidler

Portrait, réalisé par Johann Conrad Bollter et lithographié par Orell Füssli à Zurich, vers 1848 (Zentralbibliothek Zürich, Graphische Sammlung und Fotoarchiv).
Portrait, réalisé par Johann Conrad Bollter et lithographié par Orell Füssli à Zurich, vers 1848 (Zentralbibliothek Zürich, Graphische Sammlung und Fotoarchiv). […]

25.6.1782 à Zoug, 27.5.1861 à Zurich, cath., de Zoug et, en 1845, d'Unterstrass (auj. comm. Zurich). Fils de Georg Damian (->) et d'Elisabeth Bossard. 1) Josepha Landtwing, fille de Karl Oswald, horloger, 2) Maria Verena Moos, fille de Franz Thaddä, membre du Conseil et épicier. S. étudia la philosophie à Fribourg-en-Brisgau et suivit des cours de philosophie, de droit, de mathématiques et d'astronomie à Salzbourg et à Vienne. Partisan de la République helvétique, il fut à 17 ans secrétaire de la Chambre administrative du canton des Waldstätten. Directeur de la police (1808), il fut membre du Conseil cantonal de Zoug (1809-1838), de la Constituante (1814) et du Landrat (1838-1844). Président de la ville de Zoug (1820-1825 et 1834-1837), il s'attacha notamment à l'amélioration de l'instruction publique. De conviction libérale, il marqua la politique de son canton sous la Restauration et au début de la Régénération comme vice-landamman (1815-1818, 1820-1822 et 1832-1838) et landamman (1818-1834, tous les deux ans en alternance). Il présida longtemps le tribunal cantonal et fut capitaine du pays (1829-1838). Délégué à la Diète dès 1810, S. jouissait également d'une haute considération au niveau fédéral. Dans son canton, il subit cependant de plus en plus les attaques de l'opposition conservatrice catholique. Pour avoir été partisan de la révision du Pacte fédéral en 1832, il fut démis de sa charge de délégué à la Diète en 1833 et ne fut pas réélu landamman en 1834. Inspecteur fédéral des douanes (1837-1848), il demanda l'uniformisation des réglementations en Suisse, en particulier l'abolition des douanes cantonales. En 1839, S. s'installa à Unterstrass, où il possédait un domaine, tout en restant membre du Landrat de Zoug; il siégea ensuite au Grand Conseil zurichois (1845-1861). Conseiller national (1848-1861), il rallia le groupe parlementaire libéral-radical d'Alfred Escher et ouvrit, en qualité de doyen, la première séance du Conseil en 1848. Commissaire fédéral au Tessin (1848-1849), puis envoyé à Genève (1850), S. présida à plusieurs reprises la Société helvétique.

Sources et bibliographie

  • Fonds, BBB et BN
  • Gruner, L'Assemblée, 1, 106
  • R. Morosoli, Zweierlei Erbe, 1991
  • J. Lang, «Georg Joseph Sidler (1782-1861)», in Der Kanton Zug zwischen 1798 und 1850, 1, 1998, 98-111
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Peter-Kubli, Susanne: "Sidler, Georg Joseph", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 23.11.2011, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/003693/2011-11-23/, consulté le 17.06.2021.