de fr it

Louis deWeck-Reynold

Portrait. Huile sur toile de Joseph Reichlen, vers 1900 © Musée d'art et d'histoire Fribourg.
Portrait. Huile sur toile de Joseph Reichlen, vers 1900 © Musée d'art et d'histoire Fribourg.

5.10.1823 à Fribourg, 28.11.1880 à Fribourg, cath., de Fribourg, Bösingen et Pierrafortscha. Fils de François de Weck, député au Grand Conseil et propriétaire foncier, et de Pauline Fontaine, petite-nièce de Charles-Aloyse Fontaine. Frère d'Hippolyte (->) et de Rodolphe (->), neveu de Rodolphe (->), cousin germain de Charles (->) et Léon (->). Othilde de Reynold, fille de Frédéric, colonel et rentier. Collège Saint-Michel, études à l'école de droit de Fribourg. Sous-lieutenant durant la guerre du Sonderbund, de W. se consacra ensuite à l'exploitation agricole de son domaine des Bonnes-Fontaines. En 1861, il remplaça au Conseil d'Etat fribourgeois son frère Rodolphe, décédé subitement, et reprit la direction des Finances pour poursuivre le redressement financier du canton, lourdement endetté. Il permit ainsi la fin des travaux de la ligne de chemin de fer Lausanne-Fribourg-Berne. De W. compléta le réseau ferroviaire cantonal (Bulle-Romont, Fribourg-Payerne-Estavayer-Yverdon et Fribourg-Morat) avant de regrouper les principales lignes romandes sous la houlette de la nouvelle Compagnie Suisse-Occidentale (créée en 1872), dont le canton devint l'un des principaux actionnaires. A partir de 1870, il devint l'homme fort du régime conservateur fribourgeois et chercha à concilier la tendance catholique ultramontaine avec les libéraux-conservateurs qui, à sa mort, se rapprochèrent des radicaux. Sur le plan fédéral, il fut membre du Conseil des Etats de 1863 à 1866, puis du Conseil national de 1866 jusqu'à sa mort, où il prit la tête du groupe parlementaire conservateur catholique. De W. s'intéressa surtout aux questions ferroviaires (Gothard, Simplon). Major.

Sources et bibliographie

  • Fonds et généal., AEF
  • Gruner, L'Assemblée, 1, 405
  • C. de Rochemonteix, La personnalité politique du conseiller national Louis Weck-Reynold (1823-1880) à travers sa correspondance de 1873 à 1880, mém. lic. Fribourg, 1984
  • J.-P. Dorand, «Louis de Weck-Reynold (1823-1880)», in 1700: bull. d'information de la ville de Fribourg, 99, 1993, 8-11
  • J.-P. Dorand, Louis Weck-Reynold, un financier au service de l'Etat, [2000]
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF