de fr it

Basil FerdinandCurti

20.5.1804 à Rapperswil (SG), 9.7.1888 à Constance, cath., de Rapperswil. Fils de Johann Baptist Nepomuk et de Maria Elisabeth Karolina Helbling. 1) 1838 Rosina Margareta Finger (1810-1844), d'une famille de commerçants de Francfort, 2) 1850 Ida Luise Hérosé (1817-1889), fille d'un fabricant de Constance. Gymnase à Sion, Soleure et Lucerne (élève d'Ignaz Paul Vital Troxler), expulsé de Lucerne pour cause d'agitation politique (1822). Etudes inachevées de théologie, histoire, langues et droit à Wurtzbourg, Heidelberg et Göttingen. Avocat prospère à Saint-Gall (1826-1831, 1835-1866) et Lichtensteig (1831-1835). Député au Grand Conseil saint-gallois (1835-1859 et 1861-1866), membre de la Constituante (1859-1861). Conseiller d'Etat (1839-1859; Affaires militaires et Justice, cinq fois landamman). Conseiller national radical (1859-1866). C. se retira de la politique après 1866. Très attaché aux idées des Lumières, au mouvement patriotique, à la toute-puissance de l'Etat et au progrès considéré comme un effet de la volonté divine, il combattit le Sonderbund, le système bicaméral de l'Etat fédéral, la création du diocèse de Saint-Gall et l'influence de l'Eglise en matières scolaire et politique. D'abord partisan résolu des libéraux (Gallus Jakob Baumgartner, Matthias Hungerbühler, Johann Baptist Weder), il s'en distança plus tard par son idéalisme radical. La loi militaire (1852) et le Code pénal (1857) du canton de Saint-Gall portent sa marque.

Sources et bibliographie

  • W. Näf, Landammann Basil Ferdinand Curti, 1804-1888, 1923
  • Gruner, L'Assemblée, 1, 547-548
  • «Die Landammänner des Kantons St. Gallen, 1. Teil: 1815-1891», in NblSG, 111, 1971, 21
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF