de fr it

FelixHelbling

11.4.1802 à Rapperswil (SG), 13.1.1873 à Rapperswil, cath., de Rapperswil. Fils de Johann Baptist, chaudronnier, et de Maria Barbara née H. Célibataire. Scolarité à Rapperswil, gymnase à Soleure, lycée à Lucerne. Etudes de théologie à Soleure, Aarau et au grand séminaire de Sankt Georgen à Saint-Gall (1822-1825), ordonné prêtre en 1825. Vicaire à Rieden en 1826, maître à l'école réale de Rapperswil (1826-1832), où H. fut un secrétaire très actif du groupe de prêtres réformistes d'Uznach jusqu'en 1833. Contraint de démissionner de son poste d'enseignant à la mi-juin 1832, H. n'exerça sans doute plus de fonctions sacerdotales à partir de 1833. Inspecteur des écoles de la partie catholique du canton de Saint-Gall (1835-1841), greffier à la chancellerie d'Etat (1842-1849). Membre de la Constituante (1830-1831), il prôna la liberté de culte. Conseiller d'Etat (Domaines 1833-1835, Intérieur 1851-1859), H. fut le premier prêtre à siéger dans un gouvernement cantonal en Suisse. Député au Grand Conseil saint-gallois (1833-1839 et 1845-1861, président 1848-1849) et au Conseil des Etats (1850-1851, à gauche). Greffier du conseil administratif de Rapperswil (1859-1873). Prêtre libéral, politicien radical et partisan d'une Eglise nationale, H. était lié d'amitié avec Alois et Christophor Fuchs, Josef Anton Sebastian Federer et Johann Baptist Weder.

Sources et bibliographie

  • Gruner, L'Assemblée, 1, 559-560
  • O. Pfyl, «Alois Fuchs, 1794-1855», in MHVS, 64, 1971, 1-270; 71, 1979, 1-219; 73, 1981, 221-364; 74, 1982, 369-585
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF