de fr it

FranzDurrer

Portrait du landamman, huile (1858) de Jost Troxler (Nidwaldner Museum, Stans; photographie Staatsarchiv Nidwalden).
Portrait du landamman, huile (1858) de Jost Troxler (Nidwaldner Museum, Stans; photographie Staatsarchiv Nidwalden).

7.9.1790 à Stans, 20.12.1857 à Baden, cath., de Dallenwil. Fils de Valentin, administrateur paroissial, et d'Anna Maria Stockmann. 1819 Anna Klara Jann, fille du directeur des hôpitaux, d'Oberdorf (NW). D. fut directeur de police de Nidwald de 1815 à 1850, durée qui lui valut le surnom de "directeur de police éternel". Dans les années 1840, il vit une chance d'ascension politique dans les conflits au sujet des corps francs et du Sonderbund. Il fut élu délégué à la Diète en 1844, et le resta jusqu'en 1847. Chef du parti du Sonderbund au gouvernement nidwaldien, D. s'y opposa avec succès aux "aristocrates", Stanislaus Achermann, Franz Niklaus Zelger, Klemenz Zelger et Louis Wyrsch, qui défendaient une position pragmatique. La défaite de son parti dans la guerre du Sonderbund n'empêcha pas D., très sensible à l'opinion populaire, de poursuivre son ascension. Il sortit renforcé de la landsgemeinde de décembre 1847, où les libéraux avaient en vain cherché à le renverser. Il mena l'agitation contre la Constitution fédérale, repoussée par la landsgemeinde le 27 août 1848. Président du Conseil constitutionnel, D. fut le père de la Constitution cantonale conservatrice de 1850. Elu landamman cette année-là, puis à nouveau en 1852, 1854 et 1856, il atteignit le sommet de sa carrière politique. Politicien parmi les plus influents de son canton, il le représenta au Conseil national de 1851 à 1854.

Sources et bibliographie

  • W. Zelger, Journal interessanter und uninteressanter Tagesneuigkeiten, 1847-1850, 1970, 284-285
  • F. Niederberger, «Ein Nidwaldner Beitrag zum Nepotismus», in Gfr., 118, 1965, 231-232
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF