de fr it

LouisBlanchenay

2.5.1801 à Vevey, 30.10.1881 à Vevey, prot., d'Aubonne et Morges. Fils d'Antoine (->). Célibataire. Ecoles à Vevey, puis à l'académie de Genève (philosophie). B. est avocat à la cour d'appel en 1828, puis inspecteur forestier du 2e arrondissement de 1837 à 1839. Membre du parti radical naissant, il entre en 1839 au Grand Conseil puis est élu au Conseil d'Etat, dominé par les libéraux, où il rejoint Henri Druey. Contre la majorité des conseillers d'Etat libéraux qui s'en tiennent à un strict cantonalisme, il défend avec lui l'idée d'expulser les jésuites du territoire de la Confédération. Il participe activement à la révolution de février 1845 et soutient sans réserve l'action de Druey dont il passe pour être le lieutenant. Il est nommé au gouvernement provisoire, puis siège au Conseil d'Etat jusqu'en 1861, où il s'occupe tour à tour, selon le système de l'époque, de tous les départements. Se situant à la gauche du parti radical, il est favorable, par souci d'égalitarisme, à l'introduction d'un impôt progressif sur le revenu et, en matière ferroviaire, il est partisan d'un interventionnisme étatique, proposant la construction des chemins de fer par le canton. Il participe à la constitution de la Banque cantonale vaudoise dont il assure, dès sa création en 1845, la présidence du comité supérieur, puis du Conseil général et du comité de surveillance. Il est aussi président des Mines et Salines de Bex (1840-1845). Confronté à l'hostilité grandissante de la campagne conservatrice aux idéaux de 1845, il quitte le gouvernement et prend la direction des douanes à Lausanne (1861-1873). De 1848 à 1860 il siège au Conseil national, où il intervient notamment dans les questions ferroviaires. Lieutenant-colonel d'infanterie en 1838.

Sources et bibliographie

  • Gruner, L'Assemblée, 1, 775-776
  • A. Lasserre, Finances publiques et développement, 1981
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF