de fr it

KonradBossard

18.1.1802 (Johann Conrad) à Zoug, 29.7.1859 à Zoug, cath., de Zoug. Fils de Johann Franz Kaspar (->). Katharina Josepha née B., de Zoug, fille d'Alois Damian, aubergiste, membre du Conseil cantonal et du Landrat. Ecoles à Zoug et Neuchâtel, études à Genève. B. reprit avec son frère Martin le commerce de fer fondé à Zoug par leur père en 1831. Membre libéral du Conseil cantonal de 1833 à 1847. Juge d'instruction (1834-1838), président de la ville de Zoug (1837-1840 et 1849-1859), président de la commission administrative cantonale (1838-1844), délégué à la Diète (1839-1847), vice-landamman (1845-1846), landamman (1846-1847). Cofondateur en 1837 de la Société du mercredi, libérale, il s'en retira en 1841, ébranlé par l'affaire Strauss à Zurich et par les troubles du Valais. Passé du côté des fédéralistes, conservateurs catholiques, il soutint fermement le Sonderbund, siégeant au Conseil de guerre en 1847, tout en cherchant un compromis. Les événements de 1847 lui firent perdre toutes ses charges, mais la commune de Menzingen l'élut derechef au nouveau Grand Conseil (1848-1859, président en 1852/1853 et 1856/1857) et, après le tournant conservateur de 1850, il devint conseiller d'Etat (1850-1859), landamman (1850-1852, 1854-1856, 1858-1859) vice-landamman (1852-1854, 1856-1858) et conseiller national (1853-1859). B. domina longtemps la vie politique de la ville, dont il conduisit les conservateur modérés, et celle du canton, avec le landamman Franz Joseph Hegglin, son antagoniste à l'intérieur du parti.

Sources et bibliographie

  • Fonds, StAZG
  • Gruner, L'Assemblée, 1, 364
  • C. Raschle, «Johann Conrad Bossard (1802-1859)», in Der Kanton Zug zwischen 1798 und 1850, 1, 1998, 140-149
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF