de fr it

WolfgangHenggeler

21.3.1814 à Unterägeri, 14.6.1877 à Baar, cath., mais enterré selon le rite prot., d'Unterägeri et Zurich (1861). Fils de Franz, forgeron et interprète. 1844 Barbara Schmid, fille de Jakob, meunier et marchand-entrepreneur dans la filature, de Thalwil. Ecoles à Unterägeri, apprentissage de constructeur de moulins et école de dessin à Zoug (1829-1831). Doué pour la technique, H. travailla (1831-1832) à Gattikon comme mécanicien au moulin de Hans Jakob Schmid, grand-père de sa future femme, tout en poursuivant sa formation en autodidacte. En 1832-1833, il apprit les techniques de la filature moderne comme ouvrier de fabrique à Langnau am Albis. En 1834, avec ses frères Alois (->) et Franz Josef, avec son oncle Johann Jakob H. et avec son beau-frère Klemens Iten, il fonda la filature d'Unterägeri, la première fabrique du canton de Zoug, dont la production débuta en 1836 et augmenta rapidement. Il géra l'usine jusqu'en 1837 comme sous-traitant des frères Jakob (son futur beau-père) et Heinrich Schmid (1806-1883), lequel devint dès 1838 son associé, également pour d'autres entreprises: filature de Neuägeri à Unterägeri, fondée en 1846 avec son cousin Meinrad (->), fabrique de tissu Kollermühle à Zoug (1850), filature de la Lorze à Baar et tissage de soie de Gattikon (1853), filature de Berne-Felsenau (1864, rapidement fermée).

C'est son intérêt commercial pour l'amélioration des transports qui amena à la politique ce partisan du libéralisme économique: il devint membre des commissions communale et cantonale des routes (1837 et 1838) et dès 1856 d'un comité formé de Zougois et de Zurichois pour le raccordement du canton de Zoug au réseau ferroviaire. Membre de l'exécutif cantonal zougois (1839-1841, 1843-1845), du législatif (1846-1847), de la Constituante (1847-1848), vice-landamman (1848-1849), député au Grand Conseil pour Unterägeri (1848-1874), puis pour Baar (1874-1877), où il vécut dès 1869. Etabli durant quelques années à Zurich (dès 1855), il siégea parallèlement au Grand Conseil zurichois, parmi les amis d'Alfred Escher (1862-1866), ainsi qu'au Conseil national (1860-1867). Intervenant efficacement en matière de politique économique, sociale et scolaire, H. fut l'un des principaux fondateurs de l'économie zougoise. Avec sa femme, de confession protestante, il apporta son soutien à la paroisse réformée du canton de Zoug, fondée en 1864.

Sources et bibliographie

  • H. Koch, «Wolfgang Henggeler», in Schweizer Pioniere der Wirtschaft und Technik, 10, 1959, 39-65
  • M. van Orsouw, «Wolfgang Henggeler (1814-1877)», in Der Kanton Zug zwischen 1798 und 1850, 1, 1998, 206-219
  • Ägerital - seine Geschichte, 2003
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Appartenance familiale
Dates biographiques ∗︎ 21.3.1814 ✝︎ 14.6.1877

Suggestion de citation

Morosoli, Renato: "Henggeler, Wolfgang", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 11.12.2007, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/004384/2007-12-11/, consulté le 04.12.2020.