de fr it

RobertComtesse

Portrait de Robert Comtesse. Photogravure publiée à l'occasion de l'élection au Conseil fédéral en 1899, éditée par l'Association patriotique radicale de Neuchâtel-Serrières (Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel).
Portrait de Robert Comtesse. Photogravure publiée à l'occasion de l'élection au Conseil fédéral en 1899, éditée par l'Association patriotique radicale de Neuchâtel-Serrières (Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel).

14.8.1847 à Valangin, 17.11.1922 à La Tour-de-Peilz, protestant, de La Sagne, bourgeois d'honneur de Neuchâtel et de Cernier (1899). Fils d'Arnold Robert Comtesse, bourgeois de Valangin, notaire, juge de paix, et de Marie-Eliza née Cornu. Elisa-Olga Matthey-Doret, fille d'Ulysse-Frédéric Matthey-Doret, propriétaire. Robert Comtesse étudia le droit à Neuchâtel, Heidelberg et Paris. Avocat, il fut l'associé de Jules Breitmeyer à La Chaux-de-Fonds (1869-1874). Libéral en 1873, il rejoignit les radicaux en 1874. Député au Grand Conseil neuchâtelois et juge d'instruction (1874-1876), puis conseiller d'Etat (1876-1899), il dirigea successivement les Départements de police, de l'intérieur (auteur de la loi sur les communes de 1888), de l'agriculture et de l'industrie. Conseiller national de 1883 à 1899 (président en 1893-1894), Comtesse entra au Conseil fédéral en 1899, où il fut responsable des Départements des finances et des douanes (1900, 1903, 1905-1909, 1911), de justice et police (1901), des postes et chemins de fer (1902 et 1912) ainsi que du Département politique en sa qualité de président de la Confédération (1904 et 1910). Conscient de la faiblesse des finances fédérales, il échoua cependant à équilibrer le budget. Il réussit par contre à accélérer la création de la Banque nationale suisse (loi de 1905). Comtesse demanda en vain la modernisation de l'administration et du Département politique et insista sur l'importance des relations extérieures. Après sa démission du Conseil fédéral en 1912, il dirigea jusqu'en 1921 les Bureaux internationaux réunis pour la protection de la propriété intellectuelle. Pacifiste, il fut un partisan convaincu de l'entrée de la Suisse à la Société des Nations. Figure importante du radicalisme, Comtesse domina la politique neuchâteloise pendant plus de vingt ans. Moins heureux à Berne, souvent critiqué par l'aile droite du parti, il défendit, avant et après la guerre, une politique d'ouverture, renforçant les relations extérieures, tant politiques qu'économiques.

Sources et bibliographie

  • Archives de l'Etat de Neuchâtel, Neuchâtel, Fonds Robert Comtesse.
  • Archives fédérales suisses, Berne, Bestand Robert Comtesse.
  • Altermatt, Urs (éd.): Conseil fédéral. Dictionnaire biographique des cent premiers conseillers fédéraux, 1993, pp. 280-284.
  • Barrelet, Jean-Marc (dir.): Histoire du Pays de Neuchâtel, vol. 3, 1993.
  • Schlup, Michel (dir.): Biographies neuchâteloises. De 1815 à nos jours, vol. 3, 2001, pp. 71-76.
Complété par la rédaction
  • Altermatt, Urs (éd.): Das Bundesratslexikon, 2019, pp. 227-232.
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Klauser, Eric-André: "Comtesse, Robert", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 25.08.2020. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/004460/2020-08-25/, consulté le 21.10.2021.