de fr it

UlrichDürrenmatt

Page de titre du recueil de poèmes de satire politique "Bärentalpen", paru à Herzogenbuchsee en 1878 sous son pseudonyme (Universitätsbibliothek Basel, Ei* VII 48).
Page de titre du recueil de poèmes de satire politique "Bärentalpen", paru à Herzogenbuchsee en 1878 sous son pseudonyme (Universitätsbibliothek Basel, Ei* VII 48).

20.4.1849 à Schwandacker (comm. Guggisberg), 27.7.1908 à Herzogenbuchsee, prot., de Guggisberg. Fils de Christian, petit paysan, et d'Anna Zbinden. Anna Maria Breit, fille de Johann, instituteur. Ecole primaire à Rüschegg, école normale à Münchenbuchsee, instituteur à Rüschegg et Berne; après un perfectionnement, maître secondaire à Delémont, Frauenfeld et Thoune. Rédacteur de la Berner Volkszeitung, journal conservateur de Herzogenbuchsee (1880-1908). Cofondateur en 1882, puis chef du parti populaire bernois (de tendance conservatrice). Conseiller communal de Herzogenbuchsee (exécutif, 1899-1905), député au Grand Conseil bernois (1886-1908), conseiller national (1902-1908).

Proche du radicalisme dans sa jeunesse et membre de la Société du Grutli, D. passa dans le camp des conservateurs protestants à l'époque du Kulturkampf. Il devint le pilier de l'opposition conservatrice à la prépondérance radicale dans le canton et sur le plan fédéral. Il lutta pour l'élargissement des droits populaires, mais au reste il était partisan de la "démocratie conservatrice" fondée sur les valeurs chrétiennes et la tradition paysanne. Tribun populaire et orateur de talent, il défendait le fédéralisme, la paysannerie, la famille, le christianisme et s'en prenait aussi bien à la foi des radicaux en l'économie qu'aux exigences socialistes. Il se distança de la politique, trop matérialiste à ses yeux, de l'Union suisse des paysans dirigée par Ernst Laur.

A l'influence du Reich wilhelminien, qui commençait à se répandre en Suisse, il opposa les vertus terriennes bernoises. A ce titre, il combattit la proposition visant à faire du bon allemand la langue des débats au Grand Conseil bernois, préférant le dialecte, qui incarnait selon lui les vraies valeurs. Il fit paraître ses premiers recueils de poèmes politiques, rédigés partiellement en dialecte, alors qu'il vivait encore à Thoune: Mutz, wach' uf! (1877), publiés sous le pseudonyme de Chrischte Frymueth, et Bärentalpen (1878) sous celui de Christian Frymuth. Devenu rédacteur de l'influente Berner Volkszeitung (surnommée Buchsizeitung), il releva chaque numéro d'un poème en relation avec un thème d'actualité; ces Titelgedichte, souvent écrits en dialecte de la campagne bernoise ou de Guggisberg, appartiennent à la meilleure poésie politique suisse du XIXe s. Ils contribuèrent à l'émergence, vers 1900, du mouvement Berndeutsch (pour la littérature en dialecte bernois), préparé par Gottfried Strasser et d'autres.

Sources et bibliographie

  • Gruner, L'Assemblée, 1, 157-158 (avec liste des œuvres)
  • Th. Maurer, Ulrich Dürrenmatt, 1849-1908, 1975
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 20.4.1849 ✝︎ 27.7.1908

Suggestion de citation

Stettler, Peter: "Dürrenmatt, Ulrich", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 24.03.2010, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/004473/2010-03-24/, consulté le 23.10.2020.