de fr it

Ernest PaulGraber

Le rédacteur du quotidien socialiste La Sentinelle avec un exemplaire du journal dans la poche. Photographie, vers 1920 (Archives sociales suisses, Zurich, F 5008-Fb-009).
Le rédacteur du quotidien socialiste La Sentinelle avec un exemplaire du journal dans la poche. Photographie, vers 1920 (Archives sociales suisses, Zurich, F 5008-Fb-009).

30.5.1875 à Travers, 30.7.1956 à Lausanne, prot., de Langenbruck et La Chaux-de-Fonds. Fils de Jean Jacob, horloger, grutléen, et d'Anna Elisabeth Gammenthaler. Blanche Vuilleumier, militante socialiste et féministe. Ecole normale à Neuchâtel (1891-1892). Instituteur aux Bayards (1892-1900) et à La Chaux-de-Fonds (1900-1915). Propagandiste à la Croix-Bleue et à l'Union chrétienne, puis militant socialiste. Dès 1902, G. s'oppose aux anarchistes et plus tard aux communistes. Avec Charles Naine, il joue un rôle central dans l'essor du PS en Suisse romande. Rédacteur dès 1915 du quotidien La Sentinelle, dont il est cofondateur, il le dirige et même le personnifie pendant des décennies. De 1912 à 1943, il siège au Conseil national, qu'il préside en 1929-1930 (président du groupe socialiste de 1919 à 1925). Ses convictions pacifistes et antimilitaristes l'amènent à se distancier du soutien socialiste à la défense nationale en 1914. Il est condammné pour ses articles, ce qui provoque une manifestation qui le libère de prison en 1917 et entraîne une occupation militaire de La Chaux-de-Fonds. Il participe au mouvement de Zimmerwald (1915), mais reste modéré lors de la grève générale de 1918. Secrétaire romand du PS (dès 1919), membre du comité directeur (1915-1917, 1919-1936), il multiplie les activités contre les communistes et contre les fascistes pendant l'entre-deux-guerres (en 1934, publication d'un livre et appui à la fondation du Front antifasciste). Pendant la Deuxième Guerre mondiale, il critique les concessions économiques à l'Axe, la politique restrictive face aux réfugiés, les attitudes antisémites et les mesures de censure. Personnalité forte et combative, G. a joué un rôle politique de premier plan grâce à ses dons d'orateur, de pédagogue, de polémiste et de caricaturiste.

Sources et bibliographie

  • Fonds, BV La Chaux-de-Fonds
  • Gruner, L'Assemblée, 1, 899
  • M. Perrenoud, «La Sentinelle sous surveillance», in RSH, 37, 1987, 137-168
  • P. Jeanneret, Un itinéraire politique à travers le socialisme en Suisse romande, 1991
  • Publ. CIE: rapport final, 2002
  • Biogr.NE, 4, 135-139
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 30.5.1875 ✝︎ 30.7.1956

Suggestion de citation

Perrenoud, Marc: "Graber, Ernest Paul", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 17.07.2007. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/004510/2007-07-17/, consulté le 24.11.2020.