de fr it

LouisGrandpierre

8.6.1806 à Môtiers (NE), 8.11.1876 à Neuchâtel, prot., de Couvet. Fils de Henri-Louis, épicier, membre de la cour de justice du Val-de-Travers. Julie-Wilhemine Coulin, fille du grand sautier du Val-de-Travers. Soldat dans le régiment de Salis au service de France jusqu'en 1830. De retour à Môtiers, G. devient épicier. Il prend part aux mouvements révolutionnaires de 1831 et 1848. Membre de la Constituante neuchâteloise en 1848. Député radical (1848-1865), il est président du Grand Conseil de 1848 à 1852. Préfet du Val-de-Travers (1848-1850) et de Neuchâtel (1850-1853). Conseiller d'Etat (Militaire, 1853-1859). Conseiller national (1861-1866). Vice-président du tribunal de La Chaux-de-Fonds, président de celui de Neuchâtel, puis président de la cour d'appel (1868-1874) et juge à cette cour jusqu'à sa mort. Ses Mémoires politiques, publiés en 1877, anti-conservateurs, seront attaqués en 1880 par Frédéric de Chambrier dans Les mensonges historiques sur Neuchâtel.

Sources et bibliographie

  • Gruner, L'Assemblée, 1, 901
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Klauser, Eric-André: "Grandpierre, Louis", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 10.01.2006. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/004515/2006-01-10/, consulté le 28.11.2020.