de fr it

GustavMuheim

Portrait par Adolf Müller-Ury. Huile sur toile, 1888 (Historisches Museum Uri, Altdorf).
Portrait par Adolf Müller-Ury. Huile sur toile, 1888 (Historisches Museum Uri, Altdorf).

11.9.1851 à Altdorf (UR), 4.4.1917 à Altdorf, cath., d'Altdorf. Fils d'Alexander (->). Frère de Karl (->), petit-fils de Dominik Epp (1776-1848), neveu de Dominik Epp (1810-1885). Anna Arnold, fille de Josef Arnold. Ecoles primaire et secondaire à Altdorf, gymnase à Altdorf et Fribourg. Etudes de philosophie et de droit (licence) à Wurtzbourg, Heidelberg et Zurich (1869-1873). Membre d'honneur de la Société des étudiants suisses (1891). Fondateur, copropriétaire et rédacteur de l'Urner Wochenblatt. D'une famille riche, M. eut une carrière politique brillante: député au Grand Conseil uranais (1874-1882), président de la commune d'Altdorf (1875-1879), conseiller d'Etat (1882-1903, Justice et affaires militaires, puis Justice et police, enfin Finances; landamman en 1884-1888, 1892-1896 et 1898-1902). Membre du Conseil des Etats (1877-1901, président en 1891) et du Conseil national (1905-1911), chef du groupe conservateur catholique à l'Assemblée fédérale (1892-1895). En 1891, pressenti, avec l'aval des radicaux, pour le Conseil fédéral, M. renonça à se présenter, pour des raisons familiales. Il présida à Lucerne la séance qui vit naître en août 1894 le parti populaire catholique, dont il assura la présidence en 1894-1895. Au Parlement fédéral, il milita pour une aide de l'Etat aux collections d'antiquités, pour la création du Musée national et de la Bibliothèque nationale, ainsi que pour le développement de l'Ecole polytechnique fédérale. Au niveau cantonal, il fut responsable de la rédaction d'un grand nombre de lois. Président de la commission pour la révision totale de la Constitution uranaise, il participa à l'élaboration du projet, amena la Landsgemeinde à l'adopter en 1888 et joua un rôle déterminant dans sa mise en œuvre législative. Comme directeur des finances, il s'efforça d'établir un budget équilibré. Il soutint la restauration des monuments historiques de son canton, la création de la Société d'histoire d'Uri, l'érection du monument de Guillaume Tell à Altdorf, la fondation du collège cantonal et l'ouverture d'un établissement d'éducation pour enfants pauvres et abandonnés. Représentant modéré du catholicisme politique, il défendit dans toutes ses fonctions le principe de l'Etat de droit. Membre des conseils d'administration du chemin de fer du Gothard (1891-1902), de la compagnie de navigation à vapeur du lac des Quatre-Cantons (1892-1917, président de 1912 à 1914) et de la Caisse d'épargne d'Uri (président en 1888-1889 et de 1894 à 1902). Major (1887).

Sources et bibliographie

  • Gruner, L'Assemblée, 1, 301-302
  • J.J. Stadler, Landammann und Ständerat Gustav Muheim (1851-1917) von Altdorf, 1973
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Muheim, Hans: "Muheim, Gustav", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 08.09.2009, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/004625/2009-09-08/, consulté le 14.04.2021.