de fr it

Frédéric AugusteZuberbühler

15.4.1796 au Locle, 18.4.1866 au Locle, prot., d'Epagnier (auj. comm. La Tène). Fils de Frédéric, propriétaire foncier et chef d'une maison d'horlogerie, et de Marie Reine Humbert-Droz. Lucie Landry, fille de Frédéric-Louis, juge suppléant. Apprentissage d'horloger au Locle dès 1812. Marchand horloger jusqu'en 1848. Député au Corps législatif de la principauté de Neuchâtel (1831-1848). Membre du comité administratif de justice et police (1848), puis du Conseil général de la municipalité du Locle (1850-1860). Contrôleur des titres au bureau de contrôle des ouvrages d'or et d'argent (1853), juge au tribunal du Locle (1856). Membre de la Constituante (1848 et 1858), député radical au Grand Conseil neuchâtelois (1848-1852 et 1857-1865). Conseiller national (1854-1857). Z. soutint la construction du chemin de fer du Jura-Industriel.

Sources et bibliographie

  • Gruner, L'Assemblée, 1, 924
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Jeannin-Jaquet, Isabelle: "Zuberbühler, Frédéric Auguste", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 15.07.2013. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/004781/2013-07-15/, consulté le 29.10.2020.