de fr it

GertrudeGirard-Montet

GertrudeMontet Girard

Gertrude Girard-Montet en conférence, le 1er février 1971, en compagnie du conseiller fédéral Pierre Graber (à gauche) et du vice-président du gouvernement vaudois, Edouard Debétaz (Musée national suisse, Zurich, Actualités suisses Lausanne).
Gertrude Girard-Montet en conférence, le 1er février 1971, en compagnie du conseiller fédéral Pierre Graber (à gauche) et du vice-président du gouvernement vaudois, Edouard Debétaz (Musée national suisse, Zurich, Actualités suisses Lausanne). […]

9.1.1913 à La Tour-de-Peilz, 25.11.1989 à Vevey, protestante, de Blonay, après son mariage de Martigny, dès 1976 de La Tour-de-Peilz. Fille de Frédéric Montet, maître ramoneur, et de Fanny née Murisier. 1936 Pierre Girard, propriétaire d'une entreprise de peinture. Gertrude Montet grandit dans une famille de tendance libérale et fit un séjour d'étude à Paris. Une fois mariée, elle travailla dans l'entreprise de son époux. Dans les années 1960, elle collabora à la Radio suisse romande et écrivit régulièrement dans Femmes suisses et le mouvement féministe. Active dans la lutte en faveur du droit de vote des femmes dès 1957, Gertrude Girard-Montet dirigea l'Association vaudoise pour le suffrage féminin de 1960 à 1968, puis présida l'Association suisse pour le suffrage féminin (Association suisse pour les droits de la femme depuis 1971) de 1968 à 1977. Sous son égide, l'association protesta, en 1968, contre l'intention du Conseil fédéral de signer la convention européenne des droits de l'homme avec des réserves, liées notamment au fait que les femmes étaient alors encore privées de droits politiques sur le plan national. Cette intervention accéléra l'élaboration d'un nouveau projet de votation sur le suffrage féminin, auquel l'association participa. Elle fit partie du comité d'action lors de la campagne précédant la votation du 7 février 1971. Le droit de vote aux niveaux communal et cantonal ayant été accordé aux Vaudoises en 1959 déjà, Gertrude Girard-Montet fut élue au Conseil communal (législatif) de La Tour-de-Peilz en 1961. Candidate du Parti radical-démocratique (PRD) figurant parmi les «viennent ensuite» aux élections fédérales de 1971, elle entra au Conseil national en 1974, où son engagement porta essentiellement sur les questions de politique économique et sociale. Elle y fut deux fois réélue, avant de démissionner en 1983. Membre de la délégation parlementaire suisse auprès du Conseil de l'Europe (1975-1983), nommée présidente de la Commission fédérale contre l'alcoolisme en 1976, elle fut lauréate du prix Ida Somazzi en 1983 en hommage aux services rendus dans la lutte pour l'égalité politique. En 1988, elle fit changer son nom de Girard-Montet en Montet Girard.

Sources et bibliographie

Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Variante(s)
Gertrude Girard (nom de mariage)
Gertrude Montet (nom de naissance)
Gertrude Montet Girard
Dates biographiques ∗︎ 9.1.1913 ✝︎ 25.11.1989

Suggestion de citation

Regula Ludi: "Girard-Montet, Gertrude", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 26.01.2021, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/004964/2021-01-26/, consulté le 25.06.2022.