de fr it

HeinrichKrauer

7.1.1755 à Neuenkirch, 25.1.1827 à Rothenburg, cath., de Neuenkirch. Fils de Georg, probablement petit paysan, et d'Elisabeth Sager. 1) 1791 Catharina Schmidlin, 2) 1807 Franziska Dürler. Gymnase jésuite, puis cinq ans à la faculté philosophique et théologique de Lucerne, enfin études de médecine à Pavie et Heidelberg, terminées par un doctorat après des voyages en France, Italie et Angleterre. Pressenti comme professeur de philosophie au lycée de Lucerne, K. fut écarté du poste, n'étant pas ecclésiastique. Dès 1790, il pratiqua la médecine à Bad Knutwil, Kriens et Rothenburg. Il joua pour la première fois un rôle politique en 1798 comme représentant du peuple et prit part ensuite en tant que député aux négociations de paix avec la France. Sénateur sous la République helvétique (1798-1800), il fut délégué à la Consulta à la fin 1802. Il siégea aux Grand et Petit Conseils de Lucerne de 1803 à 1814, étant alternativement avoyer - premier campagnard à occuper cette charge -, président du tribunal d'appel et du conseil de l'éducation. Pendant toute la Médiation, il fut en outre rattaché à la chambre diplomatique (affaires extérieures) et, de 1803 à 1805, à la chambre militaire. A nouveau député au Grand Conseil (1820-1827), K. fut à plusieurs reprises délégué à la Diète ou conseiller de la délégation. Membre de la commission et du collège de santé, ainsi que médecin de district de la circonscription judiciaire de Rothenburg (1819-1827). Durant la Médiation, K. devint l'un des représentants majeurs de la campagne au sein des autorités lucernoises.

Sources et bibliographie

  • R. Abplanalp, "zu einem ratsherrn gar nit erzogen", mém. lic. Zurich, 1990
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 7.1.1755 ✝︎ 25.1.1827