de fr it

Béguelin

Famille bourgeoise de Courtelary mentionnée depuis le milieu du XVe s., dont sont issus plusieurs notables du Pays d'Erguël, le premier étant Henri (✝︎1597), ambourg (soit gouverneur) du village, délégué des maires d'Erguël auprès du prince-évêque de Bâle en 1586. Jean (✝︎1617), ambourg en 1599, est le premier B. maire de Courtelary (1599-1617), office détenu aussi par Imerion (1581-1658) de 1618 à 1656, Pierre (1672-1752) de 1704 à 1744, David-Louis (1738-1798) de 1770 à 1787; celui-ci, également major des milices d'Erguël, resta fidèle aux derniers princes-évêques lors de la Révolution. David (✝︎1706), secrétaire des forges de Reuchenette, maire de Saint-Imier, soit premier maire de l'Erguël, acquit la bourgeoisie de Bienne. Ses fils firent des études à Bâle: la théologie pour David (1663-1693) et Jean-Henri (1689-apr. 1718), le droit pour Imerion (1691-1727) et Pierre (1672-1752). Ce dernier tomba en disgrâce en défendant les libertés de l'Erguël et rejoignit en Prusse en 1744 son fils Nicolas (->). Cette branche de la famille fit carrière en Prusse, fut anoblie (B. de Lichterfelde): Henri (1765-1818), fils de Nicolas, conseiller honoraire de la ville de Bienne, financier et diplomate, accompagna Carl August von Hardenberg au congrès de Vienne. Reçu bourgeois de Neuchâtel (1815), il fut directeur du Département des affaires neuchâteloises à Berlin. Ses descendants sont encore fort nombreux au XXe s. Les B., si bien représentés parmi les notables de l'Ancien Régime, n'occupèrent plus de charges après la Révolution. Edouard (->) descend d'une branche établie à Saint-Imier, puis à Neuchâtel au XIXe s. La famille B. de Tramelan n'a pas de lien direct avec celle de Courtelary.

Sources et bibliographie

  • Fonds, AAEB
  • Famille Béguelin de Courtelary, 1919
  • A. Rais, Livre d'or des familles du Jura, 1, 1968, 124-128
  • Biographisches Wörterbuch zur deutschen Geschichte, 1, 1973, 219
  • Th.R. Frêne; A. Bandelier et al., éd., Journal de ma vie, 5, 1993, 364-365