de fr it

WalterAmstalden

30.8.1883 à Sarnen, 19.6.1966 à Sarnen, cath., de Sarnen, section de Kägiswil. Fils de Marquard et de Karolina Röthlin, de Kerns. Johanna Dillier, de Kerns et Sarnen. Collège des bénédictins à Engelberg et Sarnen, études de droit à l'université de Fribourg. A. ouvrit un cabinet d'avocat à Sarnen en 1908. Rédacteur de l'Obwaldner Volksfreund de 1909 à 1917. Procureur général d'Obwald de 1910 à 1930. La carrière politique exceptionnelle de ce représentant du parti conservateur populaire débuta à Sarnen: conseil de la bourgeoisie (1914-1926), du village (1916-1924, président de 1920 à 1924), présidence de la commune (1920-1929). Membre dès 1918 du conseil d'administration de la Banque cantonale d'Obwald (président de 1924 à 1954). Député au Grand Conseil (1919-1930, président en 1927-1928). Membre du Conseil des Etats (1926-1943, président en 1935-1936). Elu au Conseil d'Etat obwaldien en 1930, il exerça la charge de landamman tous les deux ans de 1931 à 1943. Président du conseil de santé (1930-1944), membre du conseil d'éducation (1935-1947, président dès 1942), membre ou président de commissions cantonales, de conseils d'administration (chemins de fer, CNA), d'associations économiques, etc.

A. se signalait par l'ampleur de ses connaissances juridiques, par ses talents oratoires et ses qualités de dirigeant. Défenseur efficace, aux niveaux cantonal et fédéral, de la classe moyenne et de la famille, il fut néanmoins obligé de se retirer du Conseil des Etats en 1943 et du Conseil d'Etat en 1944, la multiplicité de ses fonctions et l'étendue de son pouvoir ayant suscité l'initiative cantonale de 1942 contre le cumul des fonctions et pour la limitation de la durée des mandats. Il resta cependant président du conseil d'administration de la Banque cantonale et du conseil d'éducation, administrateur du collège bénédictin (1942-1954), membre de plusieurs commissions cantonales et président du Conseil constitutionnel en 1947. Docteur honoris causa de l'université de Fribourg (1936), commandeur de l'ordre des chevaliers du Saint-Sépulcre à Jérusalem (1950).

Sources et bibliographie

  • Obwaldner Volksfreund, 21.6.1966, 1-2
  • E. Omlin, Die Landammänner des Standes Obwalden und ihre Wappen, 1966, 198-199
  • L. von Wyl, Obwaldner Regierungsräte im 20. Jahrhundert, ms., 1980, 42-43
  • C. Sidler, «Gegen Ämtlibeigerei und Sesselkleberei», in Obwaldner Geschichtsblätter, 20, 1994, 189-233
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF