de fr it

AltenburgD

Comm. du Bade-Wurtemberg, cercle de Waldshut. Village sur la rive droite du Rhin, en face de Rheinau dans le canton de Zurich. 871 Altunburch. Un pont, succédant avant 1324 à un gué, reliait A. et Rheinau. Par la donation de Wolvene, le couvent de Rheinau reçut en 858 cinq manses à A. Au XIIIe s., les seigneurs de Krenkingen, avoués de l'abbaye de Rheinau, s'approprièrent des droits et des biens de celle-ci. En 1352, Rheinau acheta à Katharina von Krenkingen, épouse d'un Tengen, les droits d'avouerie et de basse justice sur A. D'étroites relations se nouèrent, sous un même suzerain, et se renforcèrent encore lorsque Rheinau, catholique, se trouva isolé en pays zurichois protestant. Les liens matrimoniaux étaient nombreux entre gens de Rheinau et d'A. Pour la haute justice, A. relevait du landgraviat du Klettgau, auquel seul le reliait, dès le milieu du XVIIe s., un étroit corridor, sur l'actuelle frontière nationale. Le couvent de Rheinau s'étant mis en 1455 sous la protection de la Confédération, A. dépendit de deux souverains différents, et cela jusqu'au début du XIXe s., lorsque Rheinau fut rattaché au canton de Zurich (1803) et A. au Klettgau (1806) puis au grand-duché de Bade (1812). En 1860 encore s'éleva une querelle, parce que le couvent dressait des actes du registre foncier pour le territoire de la commune badoise. A. avait une chapelle incorporée au couvent de Rheinau, mentionnée au XIIe s., décorée en style baroque par Franz Beer von Blaichten, agrandie en 1961, ainsi qu'un béguinage près de l'église et une maladrerie (XVe s.). La destruction du pont par les Français provoqua la fondation d'une paroisse en 1802. Appartenant au district de Jestetten, A. fut zone franche douanière de 1840 à 1935. La station d'A.-Rheinau sur la ligne Eglisau-Schaffhouse (1897) se trouve en territoire allemand.

Sources et bibliographie

  • H. Abert, Altenburg 871-1971, 1