de fr it

RobertBratschi

6.2.1891 à Lengnau (BE), 24.5.1981 à Berne, prot., de Bözingen (auj. Bienne). Fils de Jakob, paysan et instituteur. Clara Läng, fille de Johann Robert. Technicum à Bienne, puis employé de gare et de bureau aux CFF. Secrétaire général (1920-1945), puis président de la Fédération suisse des cheminots (1946-1953). Président de l'Union fédérative (1922-1953), de l'USS (1934-1953), ainsi que de la Fédération internationale des ouvriers des transports (1950-1953). Cofondateur et plus tard président de Popularis Tours et de l'Ascoop (caisse de pensions pour les employés des entreprises de transports). Représentant du PS, B. siégea au législatif de la ville de Berne (1922-1932), au Grand Conseil (1932-1952), au Conseil national (1922-1967), qu'il présida en 1958. Il fut directeur du chemin de fer Berne-Lötschberg-Simplon (BLS) de 1954 à 1962, membre de la Commission internationale du Simplon, du conseil d'administration des CFF, du conseil de banque et de la direction générale de la BNS, du comité de l'Office national suisse du tourisme. Pendant les années de crise, il lutta contre la baisse des salaires et la réduction des dépenses publiques. Syndicaliste et homme politique, il prôna toujours la voie démocratique comme moyen pour atteindre les objectifs du mouvement ouvrier et fut un partisan convaincu de l'intégration du PS dans le système suisse de consensus. Il joua un grand rôle dans l'élaboration de la loi sur l'AVS (1947), en ses qualités de membre de la commission d'experts et de président de celle du National. L'université de Bâle lui décerna un doctorat honoris causa en 1970.

Sources et bibliographie

  • Auf dem Boden der Demokratie, 1951
  • Notices biogr., AUSS
  • Berner Tagwacht, 25.5.1981
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Stettler, Peter: "Bratschi, Robert", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 16.12.2002, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/006209/2002-12-16/, consulté le 09.12.2021.