de fr it

JeanClivaz

17.4.1925 à Randogne,15.2.2021 à Saint-Maurice, catholique, de Randogne. Fils d'Antoine Clivaz, ouvrier et petit paysan. Verena Schmutz, fille de Christian Schmutz, entrepreneur de transports. Jean Clivaz fréquenta l'école primaire à Sierre, une école de commerce privée à Zurich et Lausanne et fit un apprentissage d'employé de gare aux Chemins de fer fédéraux (CFF, 1947-1948). Il travailla dans plusieurs gares jusqu'en 1957, puis compléta sa formation à la Fédération suisse des cheminots (SEV), dont il fut secrétaire (dès 1961), rédacteur de l'organe romand (Le Cheminot, 1970-1975) et premier président romand (1981-1987), après avoir été secrétaire central romand de l'Union syndicale suisse (USS, 1975-1981). Clivaz fut directeur général des Postes, téléphones et télégraphes (PTT) de 1987 à 1990. Membre du Parti socialiste (PS), il représenta Berne au Conseil national (1983-1987, sans avoir eu d'activité politique communale ou cantonale), où il s'occupa surtout de l'encouragement aux transports publics, du statut social et légal des fonctionnaires fédéraux et de vastes programmes fédéraux de création d'emplois en temps de crise. Connu pour son esprit de dialogue, Clivaz soutint les conventions collectives, sans toutefois faire un dogme de la paix du travail.

Sources et bibliographie

  • Die Weltwoche, 13.10.1982.
  • Union syndicale suisse (éd.): Service de presse/Union syndicale suisse, 16.4 et 24.9.1987.
  • Der Eisenbahner. Zeitung des Schweizerischen Eisenbahner-Verbandes (SEV), 28.5.1987.
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF

Suggestion de citation

Stettler, Peter: "Clivaz, Jean", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 26.04.2021, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/006250/2021-04-26/, consulté le 03.12.2021.