de fr it

AlbertKeller

16.8.1885 à Reute (AR), 23.11.1962 à Reute, prot., de Reute. Fils d'Albert, fabricant de broderies, et d'Anna Rechsteiner. 1914 Ida Aebly, fille d'Albert, maître relieur. Ecoles à Reute et Berneck, apprentissage de brodeur à Saint-Gall. K. dirigea l'entreprise paternelle de 1905 à 1957, puis à nouveau de 1961 à 1962, après la mort de son fils Albert. Il fit d'une entreprise vieillotte, avec métiers à bras, une affaire florissante munie de machines à broder modernes. Il fut en outre (dès 1938) administrateur de la fiduciaire des brodeurs saint-gallois et président du fonds de solidarité des brodeurs sur métier à navette (1943-1962). Personnalité dominante de Reute, K. y fut conseiller communal (exécutif, 1911-1936), président de commune (1921-1936), député au Grand Conseil d'Appenzell Rhodes-Extérieures (1921-1948, président 1931-1933) et conseiller national radical (1935-1951). Dans le canton, il se battit avec énergie en faveur de l'assurance vieillesse. Président de la commission d'économie publique (1925-1927), premier président de la commission des finances (1938-1948) et membre de l'administration de la Banque cantonale (1934-1962, vice-président de 1952 à 1962), il se fit l'avocat des communes pauvres. Aux Chambres fédérales, K. siégea dans quarante-neuf commissions, dont les quatre plus importantes, celles des pleins pouvoirs (1939-1943), des tarifs douaniers (1939-1941), de l'alcool (1943-1947) et des finances (1947-1951). Il lutta infatigablement pour une péréquation intercantonale plus juste, contre l'exode rural et pour la création de l'AVS. Pour financer l'effort de guerre, il voulait introduire un simple impôt à la source plutôt que l'impôt anticipé, plus compliqué, ce qui lui valut le sobriquet de Quellen-Keller (K. des sources). En politique, il cherchait toujours la juste mesure. Il fut membre du comité de la Société appenzelloise d'utilité publique (1943-1959), présida la Fondation cantonale pour la vieillesse (depuis 1945) et soutint diverses institutions caritatives et sociales. Il créa un fonds qui porte son nom pour l'aide aux indigents de sa commune d'origine.

Sources et bibliographie

  • A. Eugster, A. Koller, Heimatgeschichte und Wirtschaft des Appenzellerlandes, 1949, 67
  • Appenzeller Zeitung, 24.11.1962
  • AJb, 90, 1963, 19-22
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF