de fr it

AlfredMüller

6.11.1887 à Räuchlisberg (auj. comm. Amriswil), 7.12.1975 à Amriswil, prot., de Räuchlisberg. Fils de Georg, agriculteur, et d'Emma Karoline Vogt. 1) 1918 Hermine Paula Hess, fille de Hermann, fabricant, 2) 1939 Marie Rosa Federer, fille de Johann Jacob. Etudes de droit à Lausanne, Berlin et Berne (1908-1912), doctorat et brevet thurgovien d'avocat en 1912. Avocat à Saint-Gall (1912-1915), puis à Amriswil. Greffier du tribunal du district de Weinfelden (1920-1930). Président des radicaux thurgoviens (1933-1945). Député au Grand Conseil (1926-1953, président en 1933-1934). Conseiller national (1935-1951), chef de groupe, membre de la commission des pleins pouvoirs durant la Deuxième Guerre mondiale, de la commission des finances, de la commission militaire (qu'il présida) et de la commission pour la réforme des finances. Défenseur de l'impôt fédéral direct. Attaqué dans la presse par Rudolf Schümperli et Ernst Rodel, qui lui reprochaient d'avoir eu connaissance des fraudes fiscales de son client Hans Löw, M. ne fut pas réélu en 1951. Membre (1936) et président (1937-1947) de la direction de la Banque cantonale; membre (1941) et président (1947-1959) du conseil de la Banque nationale. Président de la Fiduciaire suisse des hôteliers (1943-1960).

Sources et bibliographie

  • H. Huber, Ehrverletzungsprozess von Dr. Alfred Müller gegen Nationalrat Rudolf Schümperli und Redaktor Ernst Rodel: Schlussplädoyer, gehalten von Dr. Harald Huber am 29. November 1952 vor dem Bezirksgericht Arbon, 1952
  • Thurgauer Zeitung, 10.12.1975
  • Thurgauer Jahrbuch, 52, 1977
  • Schoop, Thurgau, 1, 1987, 454-456
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 6.11.1887 ✝︎ 7.12.1975