de fr it

ErnstWalter

3.9.1890 à Aussersihl (auj. comm. Zurich), 5.4.1975 à Wallisellen, prot., puis sans confession, de Winterthour. Fils de Jakob Friedrich, boulanger et aide-tourneur, et de Rosine Schwendimann. 1920 Frieda Rosa Maier, fille de Wilhelm, boulanger, du Wurtemberg. Orphelinat, scolarité et apprentissage de commerce à Winterthour. W. fut licencié de son premier emploi à Olten pour être intervenu contre des briseurs de grève. Il fut employé de commerce à Londres, Manchester et Liverpool, avant de passer quelques années à Alexandrie pour la société Gebrüder Volkart. De retour en Angleterre, il en fut expulsé après avoir critiqué dans la Winterthurer Arbeiterzeitung les conditions de travail qui régnaient là-bas et revint en Suisse en 1918. Chef de bureau à Winterthour, il fut membre du comité de la ville lors de la grève générale. Installé à Zurich en 1920, il fut secrétaire du PS cantonal (1921-1934), aubergiste (1935-1936, avec sa femme), rédacteur du journal Freiheit (1936-1938), employé de Migros (1938-1949), puis secrétaire du bureau d'aide sociale de la ville de Zurich. Député au législatif de la ville de Zurich (1933-1938) et au Grand Conseil zurichois (1929-1938), il siégea au Conseil national (1936-1938). Orateur de talent, W. représenta dès 1933 un courant d'opposition dans le PS zurichois se réclamant du programme de 1920, qui exigeait des mesures plus fermes contre les réductions de salaire, le fascisme et le national-socialisme et demandait la création d'un front unique avec le PC suisse. En raison de ses critiques publiques, il fut suspendu du secrétariat cantonal du PS et, peu après, exclu du parti suisse (1934) pour s'être entendu avec le PC sur une action commune. Après avoir adhéré au PC en 1935, il siégea au comité central (1936-1938) et le quitta pour protester contre son soutien au Mouvement des lignes directrices. W. se retira de la politique officielle et se mit à écrire sous les pseudonymes de Pankraz Deubelbeiss et d'Atahaka pour les journaux Die Tat et, après avoir adhéré au PdT vers 1948, Vorwärts.

Sources et bibliographie

  • Basler Arbeiter-Zeitung, 25.3.1943
  • Vorwärts, 8.10.1970; 17.4.1975
  • S. Lindig, "Der Entscheid fällt an den Urnen", 1980, 205-228
  • P. Huber, Kommunisten und Sozialdemokraten in der Schweiz 1918-1935, 1986, 379-387, 399-407
  • B. Studer, Un parti sous influence, 1994
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Dates biographiques ∗︎ 3.9.1890 ✝︎ 5.4.1975