de fr it

FranzWelti

25.3.1879 à Aarbourg, 30.9.1934 à Bâle, prot., de Bâle et Zurzach. Fils de Franz Adolf, directeur de la maison de correction d'Aarbourg, et de Lisa Kettiger. Frère de Gustav Adolf (->), petit-fils de Johannes Kettiger, neveu d'Emil (->) et de Johann Jakob (->). 1909 Rosina Stamm, née Preiswerk, veuve et héritière de Johann Stamm, entrepreneur en bâtiment. Gymnase à Aarau, maturité à Zurich (1899), études de droit à Zurich, Bâle et Leipzig, doctorat à Leipzig (1903). W. travailla ensuite au ministère public de Bâle et devint juge d'instruction ordinaire en 1907. En 1910, il ouvrit une étude d'avocat. Après avoir été membre de la Société d'étudiants Helvétia et adhéré au radicalisme de gauche, il entra au parti socialiste en 1908, où il fit rapidement carrière en devenant président de la Fédération ouvrière (1910) et du PS bâlois (1912). En 1917, il passa de l'aile droite à l'aile gauche du parti cantonal, qu'il dirigea à nouveau de 1918 à 1920. Lors de la grève générale, W. prit la tête de la section locale des grévistes; comme avocat, il gagna une envergure nationale au moment du procès des meneurs de grève en 1919. Principal représentant de la gauche dans la direction du Parti socialiste suisse, il fut le premier à soutenir l'adhésion à l'Internationale communiste; en 1920, il abandonna sa position de premier plan pour quitter le PS, avec l'aile gauche, et fonder le parti communiste suisse. Il resta à la tête du comité du PC suisse jusqu'en 1927, lorsqu'il en fut écarté sur pression de Moscou et discrédité sur la place publique. Député au Grand Conseil de Bâle-Ville (1911-1934) et membre d'un grand nombre de commissions importantes à Bâle, il fut conseiller national (1925-1932). Brillant orateur et rompu à l'art du débat, W. resta communiste jusqu'à sa mort. Son solide enracinement dans l'élite bourgeoise, qu'il devait à sa famille, à sa profession et à sa fortune, ainsi que son comportement dans les séances non publiques des commissions contrastaient de manière inexplicable, même pour ses contemporains, avec son rôle de président du parti communiste suisse.

Sources et bibliographie

  • M. Bolliger, Die Basler Arbeiterbewegung im Zeitalter des Ersten Weltkrieges und der Spaltung der Sozialdemokratischen Partei, 1970
  • P. Stettler, Die Kommunistische Partei der Schweiz, 1921-1931, 1980
  • B. Studer, Un parti sous influence, 1994
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF