de fr it

EdgarWoog

24.4.1898 à Liestal, 20.6.1973 à Zurich, israélite, puis sans confession, de Bâle et Zurich. Fils d'Henri Woog, marchand, et de Juliette née Braunschweig. 1) 1935 Klavdia Petrovna Nazarova, Soviétique, 2) 1940 Lydia Scherer, fille de Karl Wendelin Scherer, lithographe, et de Louisa Sophie née Aeschbach. Après avoir fréquenté l'école à Bâle, Edgar Woog commença un apprentissage de commerce à Hambourg, qu'il dut interrompre en 1914. De retour à Bâle, il suivit un cours de bibliothéconomie. Son adhésion au Parti socialiste (PS) remonte à 1918. Etabli au Mexique dès 1920, Woog s'y forma au métier de bibliothécaire et, sous le pseudonyme d'Alfred Stirner, compta parmi les membres fondateurs du Parti communiste (PC) mexicain, qu'il contribua à développer. En 1921 et 1922, il fut délégué aux IIIe et IVe congrès de l'Internationale communiste (IC). De 1922 à 1935, il travailla pour l'IC (élu au comité exécutif en 1922, à la commission internationale de contrôle en 1924). Il vécut principalement à Moscou jusqu'en 1927 et fut secrétaire du bureau de l'Europe occidentale à Berlin en 1928, puis en Espagne et à Moscou.

De retour à Zurich en 1935, Woog ouvrit une librairie et fut élu au comité central du Parti communiste (PC) suisse en 1936. Il se chargea de l'organisation des volontaires pour l'armée républicaine espagnole (1936-1937), ce qui lui valut d'être condamné à la détention (1938-1939) pour recrutement de mercenaires. Après l'interdiction du Parti communiste (1940), il fut emprisonné à plusieurs reprises pour activités communistes illégales. Cofondateur et membre de la direction du Parti du travail (PdT, 1944), il fut membre de l'exécutif de la ville de Zurich (1946-1949, Travaux publics I), secrétaire général du Parti du travail (1949-1968), conseiller communal à Zurich (législatif, 1950) et conseiller national (1947-1955). Malgré la critique des crimes staliniens, Woog demeura un communiste convaincu. En 1947, il fut arrêté sous l'inculpation de détournement de dons, condamné en 1949 et déchu de son mandat à l'exécutif de Zurich. Les vrais motifs de cette condamnation étaient d'ordre politique et doivent être compris dans le contexte de la guerre froide.

Sources et bibliographie

  • Vorwärts, 28.6.1973 (nécrologie); 4.7.1974.
  • Farner Martha et al.: «Niemals vergessen!» Betroffene berichten über die Auswirkungen der Ungarn-Ereignisse 1956 in der Schweiz, 1976, pp. 55-62.
  • Stettler, Peter: Die Kommunistische Partei der Schweiz, 1921-1931. Ein Beitrag zur schweizerischen Parteiforschung und zur Geschichte der schweizerischen Arbeiterbewegung im Rahmen der Kommunistischen Internationale, 1980, p. 512.
  • Tages-Anzeiger, 21.8.1992.
  • Huber, Peter: Stalins Schatten in der Schweiz. Schweizer Kommunisten in Moskau. Verteidiger und Gefangene der Komintern, 1994.
  • Studer, Brigitte: Un parti sous influence. Le Parti communiste suisse, une section de l'Internationale, 1931 à 1939, 1994.
  • Häsler, Alfred A.: Einen Baum pflanzen. Gelebte Zeitgeschichte, 1996, pp. 179-190.
Liens
Notices d'autorité
GND
VIAF
En bref
Variante(s)
Ekki (surnom)
Alfred Stirner (pseudonyme)
Dates biographiques ∗︎ 24.4.1898 ✝︎ 20.6.1973

Suggestion de citation

Bürgi, Markus: "Woog, Edgar", in: Dictionnaire historique de la Suisse (DHS), version du 22.02.2021, traduit de l’allemand. Online: https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/006763/2021-02-22/, consulté le 19.01.2022.