de fr it

Traona

Comm. de la Valteline, province italienne de Sondrio. Au XIIe s., le lac de Côme arrivait jusqu'à T., ce qui en faisait un point de passage important. Le village, à proximité duquel un pont enjambait l'Adda, fut le centre de la communitas montanae Domopholi, c'est-à-dire de toutes les localités sises à l'extrémité inférieure du versant droit de la vallée. Sous la domination de Milan (dès 1335), il fut le chef-lieu de la circonscription (squadra) homonyme, sur la droite du "tiers" (terziere) inférieur de la Valteline. T. abrita le poste de douane proche de la tour d'Olonio sur la rive du lac de Côme et fut le lieu de résidence d'un podestat, ainsi que des Paravicini, Vertemate, Malacrida et Omodei. Sous la domination grisonne (dès 1512), le village resta le siège d'un podestat. Dès 1545, des prédicateurs réformés italiens (Camillo Renato, Augustinus a Crema) se réfugièrent à T. Une petite communauté protestante, composée de quinze familles (principalement originaires de Caspano), y est attestée en 1589. Ses membres, qui résidaient au village en hiver, avaient leur propre pasteur et se réunissaient dans l'église de la Sainte-Trinité (disparue), furent en partie massacrés en 1620 (Sacro Macello"). Lors des Troubles des Grisons, le général français François Annibal d'Estrées établit son quartier général à T. (1638). En 1797, la commune fut rattachée avec la Valteline à la République cisalpine.

Sources et bibliographie

  • E. Camenisch, Geschichte der Reformation und Gegenreformation in den italienischen Südtälern Graubündens und den ehemaligen Untertanenlanden Chiavenna, Veltlin und Bormio, 1950
  • M. Gianasso, éd., Guida turistica della provincia di Sondrio, 1979
Liens
Autres liens
e-LIR
Notices d'autorité
GND